125. Vacances à Dubrovnik

Nous mettons en pause notre vie nomade une dizaine de jours pour visiter en famille la « Perle de l’Adriatique ». Tiendra-t-elle toutes ses promesses ?

L’arrivée avec Roberto sur la route en corniche est déjà très spectaculaire. Le bleu de la mer. L’éclairage du soir sur la citadelle et ses toits rouge brique d’une belle homogénéité. C’est magnifique. La contrepartie, c’est que la circulation dans la ville à flanc de montagne est compliquée : les rues ne sont pas très larges, la plupart du temps à sens unique et obligeant à de longs détours pour passer simplement dans la rue du dessus ou du dessous. Côté stationnement, c’est mission quasi impossible. Notre location prévoyait une place de parking, mais l’entrée s’avère trop basse pour Roberto. La plupart des parkings du quartier sont réservés aux locaux et ceux plus éloignés sont à 6 € de l’heure. Je vous laisse calculer le prix pour 10 jours… La solution va être de laisser notre véhicule au parking longue durée de l’aéroport, pour 6 € par jour, c’est plus raisonnable. De toutes façons, Dubrovnik se visite à pied, éventuellement en transports en commun pour les sites non proches du centre.


On retrouve dans la citadelle les ruelles pavées de marbre et les escaliers raides de nos villes côtières croates. Au début c’est un peu labyrinthique, mais après quelques jours les repères sont vite pris. Les bâtiments en pierre claire de style baroque sont harmonieux. On se plait à parcourir les remparts pour mieux apprécier la ville dans son ensemble, à grimper sur les tours de ses forts pour voir encore plus loin. Et puis à fouiner dans les secteurs les plus éloignés du Stradun, l’artère centrale bordée de boutiques et de restaurants, pour échapper à la foule. Car le problème majeur de Dubrovnik, qui ne semble pas gêner tant que ça les visiteurs qui se pressent de plus en plus nombreux chaque année, c’est bien la sur-fréquentation. Et encore, nous n’étions qu’en mai ! Personnellement, ça me gâche le plaisir que de jouer des coudes pour avancer dans la rue, que de devoir attendre que les gens aient fini de se prendre en selfie pour voir un monument ou un paysage. Je deviens franchement agoraphobe, ou alors sauvage, je ne sais pas. C’est peut-être la rançon de notre vie nomade où nous voyageons hors saisons la plupart du temps.


Le résultat reste largement positif, heureusement. Parmi nos belles découvertes, j’ai aimé :

L’ascension en téléphérique jusqu’au mont Srd (une petite voyelle ferait du bien, non ?) qui domine la ville et permet de la contempler de haut et de voir toutes les îles au loin. La Croatie en compterait plus de mille. Les plus curieux pousseront la porte du Musée de la guerre intérieure, pas très didactique mais qui expose beaucoup de photos sur Dubrovnik pendant la guerre des Balkans au début des années 1990. La ville a même été assiégée et a souffert de nombreuses dégradations.


L’excursion sur l’île de Lokrum, à 15 mn du port seulement mais un vrai havre de paix par rapport à la ville. C’est une réserve naturelle avec ses sentiers de randonnée, son fort construit par Napoléon, ses constructions anciennes parsemées ça et là et ses paons qui se baladent partout.


La visite de Cavtat, une charmante cité balnéaire à 30mn de bus de Dubrovnik, à l’ambiance plus relaxante que cette dernière, avec des restaurants bien plus abordables, de jolis bâtiments, la maison natale du peintre Vlaho Bukovac, très célèbre en Croatie et qui nous a permis de découvrir son œuvre.


La croisière aux Îles Élaphites. Nous embarquons sur le Karaka, une réplique des caraques du Moyen-âge. Les chantiers navals de Dubrovnik en fabriquaient pas mal à cette époque. Des navires en bois dont la coque ronde est surmontée de châteaux à l’avant et à l’arrière pour augmenter leur capacité – au détriment de la stabilité. Les 3 îles Élaphites forment un petit archipel à environ une heure de navigation de Dubrovnik. La visite de chacune est libre ou guidée au choix. Nous avons choisi la seconde solution, plus conviviale et plus instructive, d’autant plus que nous étions en petit groupe. Nous apprenons que ces îles étaient encore inhabitées – sinon par les cerfs qui leur ont donné leur nom – dans les années 1990 au moment du siège de Dubrovnik par l’armée yougoslave, qui ne voulait pas de l’indépendance de la Croatie. Elles ont du coup servi de base de ravitaillement pour les alliés qui soutenaient la ville et l’approvisionnaient à l’aide de chaloupes rapides. Aujourd’hui elles ont une petite population permanente qui vit de façon assez rustique en hiver lorsque les touristes n’y viennent plus et que les ferries dépendent des caprices de la météo.


Me balader de bonne heure dans la ville avant l’arrivée des hordes de touristes (à partir de 9h30 – 10h). Ci-dessous quelques photos en vrac de ces découvertes matinales.


Et évidemment profiter de ma petite famille, que je préfère garder hors de ce blog. Mais ça a été un grand moment !


Quelques regrets ?


Voilà, avec ce séjour à Dubrovnik se termine la dernière phase de notre parcours en Croatie. Nous récupérons Roberto à l’aéroport et filons tout droit vers le Monténégro. Nous vous retrouvons là-bas très bientôt.

64. De l’Ontario au Québec

Nous voici donc partis sur les routes du 15ème pays de notre périple, le Canada. Rien de moins que le 2ème plus grand pays du Monde après la Russie. Je ne parle que de superficie bien sûr 😉. Un peu comme les États-Unis, le Canada est une fédération d’états, appelés ici provinces, ayant une relative autonomie. Nous commençons notre visite par les deux plus grandes d’entre elles, l’Ontario et le Québec.


Toronto (Ontario)

Est-ce dû à la froideur de l’accueil à l’aéroport ou bien à celle du temps grisâtre de notre arrivée ? Est-ce lié à la fatigue physique du voyage ou bien à la morosité inhérente aux circonstances de notre retour inopiné en France ? Toujours est-il que nous n’avons pas été emballés par Toronto. La ville la plus peuplée du Canada avec ses 3 millions d’habitants est peut-être trop grande pour être apprivoisée facilement. Ses travaux titanesques sont peut-être trop présents pour lui donner une allure sympathique. Ses gratte-ciels sont peut-être trop communs après nos visites urbaines américaines. Le prix des ses attractions touristiques est peut-être trop indécent (43 dollars pour prendre juste l’ascenseur qui grimpe aux 2/3 de la Tour CN, emblème de la ville, plus 50 dollars pour la plate-forme d’observation située au-dessus, plus 195 dollars pour une sortie acrobatique, tout ça hors taxes). Ses temples du hockey ou du baseball sont peut-être trop hermétiques à notre culture européenne. Les 6 millions d’objets exposés dans les 40 galeries des 5 étages du ROM (Royal Ontario Museum) nous ont peut-être fait trop craindre d’y perdre la tête (pas étonnant avec un nom pareil 😉). Si vous regardez bien, dans ToROnto il y a TRO, non ?

Bon, on y trouve tout de même quelques curiosités, comme cette fontaine dédiée aux chiens où plus de 27 spécimens crachent leur jet d’eau tout en lorgnant sur un magnifique os doré placé au sommet, ces spectateurs en béton sur un des balcons du temple du baseball, quelques jolies fresques murales, ou encore ce petit jardin devant une maison victorienne totalement empli de figurines en plastiques, contrastant fortement avec le gazon parfait, taillé aux ciseaux de coiffeur, des jardinets voisins.


Pause culinaire

En quelques jours, nous aurons goûté aux 3 spécialités-phares de la cuisine canadienne. La poutine, terriblement à la mode, est aussi bien servie dans les restaurants que dans les food-trucks. C’est un plat populaire à base de frites molles parsemées de « crottes » de fromage et d’une sauce brune. On peut la varier à loisirs en y ajoutant un support genre pâte à pizza, une viande et plus si affinité. La tourtière est une tourte à la viande, composée d’un fond de tarte composé d’un fond de bœuf ou de porc bien assaisonné avant d’être cuit au four. Enfin, parfait pour un dessert ou une petite pause-goûter, la queue de castor est un beignet plat censé ressembler à la queue de l’animal que l’on déguste nature (saupoudré de sucre) ou garni de tout ce que vous voulez. Bien entendu, le Canada possède d’autres richesses culinaires, et pas seulement caloriques, nous aurons sûrement l’occasion d’y revenir au cours des mois qui viennent.


Kingston (Ontario)

Ce n’est bien sûr pas la capitale de la Jamaïque et nos brusques allers-retours en avion ne vont pas devenir la règle, mais la ville a tout de même été la première capitale du Canada de 1841 à 1844, au moment de sa fondation. Elle a sans doute été choisie pour sa position stratégique au confluent du Lac Ontario, du fleuve St Laurent et du Canal Rideau qui mène à Ottawa. Dix ans avant cette période glorieuse, les Anglais qui occupaient alors le Canada ont bâti, pour protéger la zone d’éventuelles attaques américaines, une série de fortifications dont le Fort Henry, que nous avons visité. Un parcours plutôt immersif avec des soldats en costume d’époque marchant au pas, tirant au mousquet et même au canon, tandis que notre guide francophone nous expliquait la vie dans le fort à cette période. Soit l’effet de dissuasion était suffisant, soit les Américains avaient d’autres chats à fouetter, toujours est-il que le fort n’a jamais subi aucune attaque.


Gananoque et les Mille-Îles (Ontario)

Quand on aime, on ne compte pas. Surtout les Mille-Îles de cet archipel situé au beau milieu du Fleuve St Laurent1, d’autant qu’elles sont en réalité bien plus nombreuses, probablement plus du double. Mais en ne retenant que celles qui ont au moins un pied carré2 de surface constamment émergée et qui possèdent au moins 2 arbres vivants3, le décompte officiel est de 1864. Arrivés au débarcadère de Gananoque à 15h20, nous avons lâchement abandonné Roberto sur un parking pour sauter dans le bateau qui partait à 15h30 pour une croisière de 3 heures sur fleuve. On est retraités, on n’est pas pressés, mais quand même, quand une opportunité se présente, on fonce ! Autant le départ a été speed, autant la balade a été tranquille, le bateau se faufilant tranquillement entre les grandes îles couvertes de végétation dense et les îlets occupés par une seule maison (et ses 2 arbres vivants bien sûr), entre les bateaux de plaisance et les barques de pêcheurs, entre les rives américaines et canadiennes puisque la frontière entre ces deux pays passe au milieu de l’archipel. Et même entre les 2 micro-îles d’une même propriété, faisant de la passerelle qui les relie le plus petit pont international au Monde ! Les photos ne rendent pas forcément compte que ce qui domine ici, ce sont ces forêts posées sur des socles de granit et les nombreux oiseaux qui les habitent plutôt que les maisonnettes ou l’excentrique château qui ont attiré on ne sait pourquoi notre objectif. L’ensemble est d’ailleurs classé réserve naturelle et hyper protégé.
1 On salue bien notre copain Lolo
2 Le système métrique est en vigueur au Canada depuis 1970…
3 Certains ont dû abuser avec leur sapin de Noël en plastique


Pause liquidités

Les supermarchés recèlent toujours des surprises, que nous découvrons d’autant plus facilement que notre vie d’explorateurs nous pousse à être un peu plus attentifs au contenu des rayons. Il est possible d’ailleurs que ces produits existent ailleurs dans le monde et possiblement chez vous, mais jusqu’ici nous n’en avions pas encore rencontré. Nous connaissions les briques de lait, de jus de fruits, de soupe, mais les briques d’eau minérale, pas encore. Sans doute sommes-nous trop formatés aux emballages transparents, qu’ils soient en plastique ou en verre pour ce type de produit, mais nous trouvons cet emballage opaque peu attirant. Et pour les mêmes raisons, l’eau d’Évian commercialisée ici en cannettes ne nous attire pas. Enfin, nous avons beaucoup de mal à trouver des briques de lait longue conservation, pourtant très communes en France. On trouve bien ici des briques de lait, mais uniquement à conserver au frais, et le plus souvent en conditionnements de 2 litres. Mais la présentation la plus courante au Canada, c’est la poche plastique souple de grande contenance, autour des 4 litres, totalement inadaptée à notre petit frigo et à notre consommation !

Pour ceux qui pensaient que j’allais parler de cash, sachez que nous n’en utilisons pratiquement jamais. La carte de crédit est acceptée partout, y compris pour de menues dépenses, et, si nous n’avions pas besoin de pièces de monnaie pour les laveries automatiques, nous pourrions totalement nous passer d’argent liquide aux USA comme au Canada. Cela dit, cela m’enlèverait le plaisir de faire de la monnaie dans ces laveries : j’adore entendre le bruit des pièces qui tombent en quantité dans le bac du changeur après avoir introduit un billet : cela me donne l’impression d’avoir gagné au bandit manchot !


Brockville (Ontario)

Brockville est une cité agréable au bord du fleuve St Laurent, à l’extrémité orientale de la zone des Mille-ïles dont elle est comme Gananoque un point de départ de croisières. Le recensement de 2016 dénombrait 21 346 habitants, et nous avons la chance d’en connaître deux ! Patricia et Lloyd sont des habitués et même des grands fans de Saint-Barthélemy, où nous avons résidé pendant dix ans et où ils séjournent plusieurs mois par an. Ils possèdent un superbe appartement au onzième étage d’un immeuble idéalement situé au bord du St Laurent et la vue y est spectaculaire. Nous avons été heureux de les retrouver le temps d’une après-midi et d’échanger sur nos parcours et nos souvenirs. En dehors des Mille-Îles, Brockville compte deux curiosités touristiques intéressantes. La première est un tunnel ferroviaire, le premier creusé au Canada, qui traverse la ville du Nord au Sud sur environ 500m. Fermé en 1970 après 110 ans de bons et loyaux services, il a récemment été restauré d’une façon originale. Un éclairage psychédélique et des chansons accompagnent les visiteurs tout au long de la traversée sous un suintement continu du plafond malgré tout joliment mis en valeur. La seconde curiosité est un manoir-musée censé nous faire revivre le quotidien luxueux de son propriétaire le Sénateur Fulford qui a, selon le site qui le présente en ayant l’air d’en être fier, « gagné des millions de dollars grâce aux ‘Pink Pills for Pale People’, un médicament breveté qu’il a fabriqué à Brockville et vendu dans le monde entier. Fulford a reconnu le potentiel commercial du lectorat développé par les journaux à grand tirage et a bâti son entreprise sur la publicité imprimée à saturation. ». Pour faire simple un charlatan qui a embobiné toute une population crédule avec des pilules miracles sensées guérir à peu près tous les maux du monde. Ce qui interroge sur la nature des discours qu’il a tenus pour se faire élire sénateur. Sans doute pas si éloignés des pilules roses pour gens pâles. Rassurez-vous, nous n’avons pas visité ce manoir. Question d’éthique.


Entre Rivière-Beaudette et Pointe-Lalonde (Québec)

C’est entre ces deux villes au nom prometteur que nous avons pénétré dans la province du Québec. La MacDonald Cartier Freeway est soudain devenue Autoroute du Souvenir et les panneaux se sont francisés. Sur les panneaux rouges octogonaux, « Stop » est devenu « Arrêt ». Sur les bus jaunes, le mot « Écoliers » remplace désormais le classique « School Bus ». Difficile d’ignorer que la province est résolument francophone et tient à le montrer. Nous savons d’avance que le Français d’ici a de nombreuses particularités et nous avons hâte de le découvrir. Et de vous le faire partager bien sûr. Nous venons d’arriver à Montréal. Nous avons garé Roberto dans un grand parc verdoyant au cœur de la ville, que nous irons visiter à pied ou en métro. A bientôt !