124. Bosnie II

Nous revoici donc en Bosnie, et plus particulièrement en Herzégovine, la province la plus au sud du pays dont la capitale régionale est Mostar, la ville la plus visités après Sarajevo. En fait, la majorité des visiteurs du pays se contentent de ces deux villes, ce qui donne une vision vraiment très partielle du pays.


Mostar

1. Les cicatrices de la guerre

Après cette dizaine de jours en Croatie, le contraste saute aux yeux : en dehors du quartier historique qui a manifestement été restauré, la ville – comme Sarajevo d’ailleurs – reste très marquée par la guerre des années 1990. Le conflit a-t-il été plus sévère ici ? Le pays a-t-il moins de moyens pour se reconstruire ? Souhaite-t-on ici ne pas effacer trop vite les traces pour ne pas oublier que tout peut repartir à tout instant ?



2. De la couleur dans la ville

Mostar se rénove peu à peu, et certains quartiers ont été doté de superbes muraux pour sortir de la grisaille ambiante. C’est très réussi.


3. Le business du vieux pont

Centré sur le célèbre pont, symbole de la ville, ce quartier semble avoir été épargné par la guerre. Il a en fait été totalement reconstruit, jusqu’au pont lui-même que les habitants ne croyaient pas pouvoir récupérer. Les petites rues pavées de motifs géométriques, la vieille mosquée, les maisons classées, les plongeurs qui sautent du pont dans l’eau glacée, ont en apparence attiré tous les capitaux pour la réhabilitation, et forcément tous les touristes. Ce quartier que privilégient les vacanciers et tour-opérateurs, avec ses bars bruyants, ses restaurants très moyens et ses boutiques de souvenirs à gogo, c’est celui que j’ai le moins apprécié, pour cause d’envahissement et de perte d’authenticité. Mais bon, le business c’est le business.


4. Descente de Lee

Afin d’éviter aux jeunes de la ville de sombrer dans les conflits de religion, une association locale s’est proposée de leur ériger la statue d’une célébrité qui leur conviendrait à tous, musulmans, catholiques, juifs ou orthodoxes. Le résultat du vote a été des plus étonnant : c’est l’acteur américain Bruce Lee, spécialiste du Kung Fu, qui a dominé tous les suffrages, et dont l’effigie en bronze grandeur nature a été placée en 2005 dans un parc de la ville. Forcément, ça n’a pas plu à tout le monde, il y a eu plusieurs tentatives de vandalisme, des déplacements de sécurité, une disparition mystérieuse finalement attribuée à une restauration volontaire par le sculpteur, avant un dernier positionnement dans un jardin public où la star des arts martiaux faisait le bonheur des promeneurs depuis 2013. Nous ne pouvions rater un tel symbole, mais sur place, impossible de trouver la silhouette familière. Nous avons juste fini par trouver le piédestal libre de tout occupant, si l’on excepte des gamins y faisant circuler des petites voitures. Renseignement pris, la statue avait de nouveau disparu 2 semaines seulement avant notre passage ! Les réseaux sociaux s’émeuvent, la police enquête, et l’on finit par retrouver notre pauvre Bruce Lee démembré, apparemment victime d’un ferrailleur désargenté. Pas sûr que la star s’en remette. 


5. Hommage en cascade

Il a été demandé à un célèbre architecte local de concevoir un mémorial aux partisans yougoslaves morts pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le résultat est surprenant, reproduisant en béton une vaste cascade et un torrent, sur lesquelles sont parsemées des pierres tombales en forme de pièces de puzzle.


6. And the winner is…

Le plus chouette à Mostar, c’est l’environnement. Traversée par la tumultueuse rivière Neretva, la ville est entourée de sommets, dont l’un d’eux nous hébergera pour la nuit. Près d’une petite zone touristique aménagée avec tyrolienne, bar panoramique et plateforme qui s’avance au-dessus du vide pour mieux apprécier le panorama et le slogan écrit en pierres visible de toute la ville. Il affiche aujourd’hui « BiH WE LOVE YOU ». Les 3 lettres signifiant Bosnia i Herzegovina ayant remplacé le « TITO » initial.



Le monastère des Derviches de Blagaj.

Les Derviches, une branche mythique de l’Islam, avaient sans doute besoin d’un challenge pour construire leur monastère. La falaise dans laquelle ils l’ont inclus en 1520 est surplombante et largue régulièrement des rochers sur l’édifice, reconstruit à de multiples reprises. La rivière au bord de laquelle ils l’ont placé, sortant d’une grotte, crée régulièrement des dégâts en débordant. Mais ces moines sont d’une grande tolérance et accueillent volontiers les visiteurs de toutes les confessions, moyennant une petite obole bien sûr. L’endroit est éminemment photogénique et d’un calme relaxant. Enfin nous y étions avant l’heure d’ouverture des restaurants, ceci explique peut-être cela.



Le confluent de la Buna et de la Neretva.

La première prend sa source sous le monastère de Blagaj et, paisible, se jette en petites cascades dans la seconde, tumultueuse, étonnamment canalisée dans la roche à cet endroit. Quand on sait que le débit moyen de ce fleuve est de 250 m3 par seconde, on imagine que le courant doit avoir une sacrée force !


Zitomislici

Ce monastère sur notre route était prometteur : comme beaucoup de lieux de cultes orthodoxes, il était parait-il couvert de fresques de toute beauté. Malheureusement, un évènement officiel était prévu lors de notre passage, 2 voitures noires de vigiles sont venues se garer à côté de Roberto et nous ont demandé de partir. On aurait peut-être du faire le coup de la panne ou de l’anglais de collégien, mais ils n’avaient pas l’air de rigoler, alors nous avons obtempéré…


Pocitelj

C’est une ville toute en pierre et toute en pente, dont on apprécie mieux l’architecture en grimpant jusqu’à sa forteresse par des escaliers bien raides. On plaint les gens qui devaient monter les packs d’eau au XVème siècle.



Stolac

On vient y voir en général les nombreux moulins qui se succèdent sur la rivière Bregava traversant la ville, et, en saison, on se baigne volontiers sous ses jolies cascades. Vu la grisaille et les températures fraîches, nous nous sommes contentés de la balade.


Les stecci de Bjelojevici

La Bosnie compte 22 sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses stecci, des tombes médiévales d’un genre particulier, gravées de motifs décoratifs encore peu expliqués aujourd’hui. On y trouve aussi bien des motifs géométriques que des soleils, des croissants de lune, des armes ou encore des scènes de chasse. Et plus rarement des inscriptions en cyrillique du genre « Je n’étais déjà pas grand-chose maintenant je ne suis plus rien » ou « Pas touche à mon caillou ». Un sens de l’humour à faire regretter cette époque. Les tombes de Bjelojevici étaient en accès libre, en plein milieu de la nature. Nous avons dormi dans le coin pour profiter de la tranquillité absolue.



Le monastère de Tvrdos

Oui, nous aussi nous avons du mal avec la prononciation. Et encore je vous simplifie la vie, je ne mets pas les accents. Ce monastère serbe orthodoxe date du XVème siècle et il semble parfaitement entretenu. En tout cas l’intérieur est exquis. Les vignes et les oliviers dans les jardins tout autour laissent penser à une production locale des moines. Mais si les bouteilles de vin et d’huile d’olive présentées dans l’immense boutique portent toujours la marque du monastère, il est évident que le petit domaine ne peut pas assurer une telle production. On ne sait pas non plus si ce sont les moines qui ont aménagé le parking pour les bus des tours opérateurs ni rempli les rayons de la boutique de bondieuseries, mais apparemment les affaires marchent. Après tout tant mieux pour eux. Un truc intéressant, si j’ose dire, c’est la main momifiée d’Hélène d’Anjou dans un coin du monastère. Lorsque son père a accepté de donner sa main au roi serbe Stefan Uros Nemanjoc, il n’imaginait certainement pas une fin aussi macabre.


Trebinje la méridionale

Cette ville est la plus au sud de la Bosnie, peuplée principalement de Bosno-Serbes. Elle fait partie d’ailleurs de la République Serbe de Bosnie. C’est compliqué là-bas. Proche de l’Adriatique, elle en récupère le climat doux et ensoleillé avec 260 jours de soleil par an. Elle est toute proche d’ailleurs de Neum, la seule ville maritime du pays (la Bosnie ne compte que 21 km de côtes, enclavées entre 2 territoires croates). Nous avons trouvé Trebinje plutôt agréable avec son étonnant pont de pierre déplacé pour cause de construction de barrage à 7 km de la ville alors qu’il en était distant de 15 (mais alors pourquoi pas directement en ville ?), son opulente cathédrale orthodoxe et des célébrités peintes dans tous les coins de rues.

Ah au fait, Trebinje, qui se prononce « trébinié », tirerait son nom de Napoléon qui, lors de son passage aurait trouvé la ville « très bien ». On s’étonne tout de même d’un vocabulaire aussi pauvre de la part de l’empereur.


La Bosnie, c’est fini

Ce spot où nous passerons la nuit peu avant la frontière avec la Croatie était notre dernière étape en Bosnie-Herégovine. Nous aurons vraiment beaucoup apprécié ce pays qui nous a surpris à bien des égards et touché par son histoire fragile, le tout dans des décors grandioses et sauvages.


Dubrovnik n’est qu’à 33 kilomètres de là. Nous allons la découvrir en famille. Avons-nous gardé le meilleur de la Croatie pour la fin ? A suivre au prochain épisode !

44. Ship ship ship hourra !

Nous avons donc décidé de partir vérifier les dires de Christophe Colomb comme quoi il y aurait un autre continent de l’autre côté de l’Atlantique. Nous aurions volontiers fait la traversée ensemble, Roberto et nous, sur la Santa Maria ou un équivalent plus moderne, et vivre en immersion la vie des marins pendant 3 ou 4 semaines, mais d’une part cela ne semble se faire que sur les lignes nord-atlantiques (vers Halifax ou Baltimore) et d’autre part c’est suspendu depuis que le Covid 19-20-21-22 sévit. Nous devrons donc nous séparer de notre fidèle monture – cela va être un déchirement – pendant plusieurs semaines, le temps d’une traversée en cargo jusqu’au Mexique, puisque là est notre destination première aux Amériques. Nous autres humains franchirons l’océan grâce à un autre découvreur de génie, Clément Ader.

Mais revenons au shipping de Roberto, qui devra donc voyager en solo. Une façon de parler puisqu’il partagera sans doute sa cale avec plusieurs centaines d’autres véhicules. Nous avions deux possibilités : soit le mettre dans un container soit le faire voyager en RO-RO. La première solution était la plus sûre en termes de sécurité, puisque nous aurions conduit nous-mêmes Roberto à l’intérieur d’un container scellé puis descellé en notre présence aux ports de départ et d’arrivée. Mais, du fait des dimensions de notre fourgon, il aurait fallu utiliser un container long (40 pieds) et réhaussé (dit « high cube ») et le partager avec un autre voyageur qui aurait fait le même trajet au même moment pour compenser le surcoût important. Le coût très fluctuant de ce type de container et l’éventualité que notre partenaire puisse se désister au dernier moment nous a finalement décidés d’abandonner cette solution. Roberto voyagera donc en RO-RO. Ça sonne bien, non ?

RO-RO ça ne veut pas dire Roberto-Roberto, pas plus que AN-AN ne signifie Anaïs-Anaïs, mais ça veut dire Roll-On Roll-Off. En gros vous laissez votre véhicule clés sur le contact et portes ouvertes aux employés portuaires qui se chargeront de le conduire à l’intérieur du navire puis à l’en extraire, tout en leur signant une décharge de responsabilité en cas de disparition de quoi que ce soit à l’intérieur pendant le trajet. Vous avez tout de suite compris que c’est bien moins sécurisé. Il y a bien une assurance pour couvrir le véhicule en cas de « perte complète », ce qui fait peur, d’autant plus quand on sait qu’un grand navire fait naufrage tous les 3 ou 4 jours dans le monde, mais cette assurance ne couvre pas les bosses ou rayures faites lors du rangement en fond de cale, ni les biens intérieurs. Et malheureusement, dans de telles conditions, les vols et dégradations sont fréquents. Il va nous falloir anticiper et protéger un minimum notre intérieur. D’abord emmener le moins de choses possibles puis sécuriser un peu notre habitacle. Nous avons installé une cloison temporaire entre le poste de conduite et la cabine, des protections en bois à l’intérieur de nos fenêtres, et des serrures sur la porte de la salle de bains et 2 tiroirs. Nous avons aussi rajouté quelques autres éléments de sécurité qu’il ne serait pas opportun de dévoiler dans un blog public. Un grand merci en tout cas à Philippe pour son gros coup de main et son précieux outillage.

Sécurisation des portes arrière

Sécurisation du lanterneau

Installation de la cloison de séparation cabine-habitacle

En pleine concentration bricolistique

Merci Philippe pour ton aide précieuse !

Expédier un véhicule par mer est un rien plus compliqué que d’envoyer un colis par la poste. Le processus commence par la demande de devis auprès d’agences maritimes spécialisées, les compagnies de navires ne traitant pas directement avec les particuliers. Trois agences se partagent le marché européen du transport de véhicules de loisirs, une allemande (Seabridge), une anglaise (IVSS) et une belge (Belgaco). Nous leur avons demandé des devis en indiquant les dimensions de notre fourgon, la facturation se faisant au mètre cube et non pas au poids. Puis des renseignements complémentaires pour préciser certains détails, notamment sur les frais portuaires pas faciles à comparer d’un devis à l’autre et sur les assurances proposées. La compagnie la moins chère était IVSS, mais il a fallu les relancer à plusieurs reprises pour obtenir devis et renseignements. Belgaco s’est avérée bien plus réactive, avait l’avantage d’être dans le pays de départ, mais imposait un transit par le Panama. C’est donc la compagnie Seabridge que nous avons retenue, un rien plus chère mais offrant l’avantage de la réactivité, de l’ancienneté et bénéficiant d’un bon retour de la part des utilisateurs.

Le port d'Anvers
Le port d’Anvers, d’une mocheté absolue mais incontournable

Aujourd’hui 10 janvier, c’est le jour J pour la dépose de Roberto au port d’Anvers. Après l’avoir briqué comme un sou neuf, rangé tout à l’intérieur pour qu’il apparaisse « comme vide », après avoir vidé les réservoirs d’eau et laissé juste ¼ de réservoir de gasoil, nous traversons l’immense port d’Anvers dans le froid et la grisaille pour rejoindre le point de dépôt. Les formalités sont assez simples, l’inspection du véhicule est quasi inexistante, et déjà on me sépare de Claudie pour aller conduire seul Roberto sur sa zone d’embarquement. Tout cela va finalement trop vite. Je pensais avoir un peu de temps pour fignoler mes protections et mes dernières inspections. Je voulais faire une vidéo de l’intérieur et de l’extérieur du fourgon à toutes fins utiles. Je voulais en quelque sorte dire aurevoir à Roberto avant son long voyage, mais non. La zone portuaire étant sécurisée, il me faut repartir rapidement avec l’employé qui doit me ramener à l’entrée du port. Le temps du trajet, je me dis que j’ai sûrement dû oublier 2 ou 3 bricoles. Ai-je bien éteint le chauffage ? Ai-je bien éteint toutes les lumières ? Une chose est sûre, je n’ai pas oublié de fermer le gaz puisque nous n’en avons pas. En tout cas je rejoins Claudie un peu dépité de cette précipitation.

Il nous reste à regagner l’hôtel que nous avons pris à côté de la gare d’Anvers, afin de rejoindre Paris-Charles de Gaulle demain. L’immense zone portuaire n’étant desservie par aucun transport en commun, nous appelons un taxi qui mettra plus d’une heure à arriver. Il s’est perdu, c’est un comble alors qu’il nous a suffi de taper l’adresse sur Google Map pour trouver l’endroit. Mais il est possible que les taxis n’aiment pas Google Map parce qu’on pourrait croire qu’il fait le boulot à leur place ? Nous profitons de l’attente puis du parcours en taxi pour discuter avec un couple de voyageurs néerlandais venus gentiment déposer un compagnon de traversée pour Roberto. Sur les routes pour une durée indéterminée (comme nous 😉) ils reviennent d’Europe du Sud et partent pour les Amériques via le Mexique, avec leur chat Binkie. Si vous lisez l’Anglais, n’hésitez pas à jeter un œil sur leur site https://gatogoesglobal.com.

Voilà, les dés pour l’Amérique sont lancés. Pendant que Roberto attend sagement son embarquement le 15 janvier sur le Yokohama, lequel devrait rallier Veracruz aux alentours du 14 février après sans doute quelques escales qui nous sont encore inconnues, nous nous envolerons le 12 pour faire un petit coucou à nos amis de Saint-Barth, judicieusement placés sur notre route entre Paris et Mexico City. Nous allons jouer les routards pendant quelques semaines.

Bye bye l’Europe ! (Merci à Max pour les photos)

Saison 1 Épisode 43 final

Notre première boucle européenne, notre saison 1 donc, se termine par un retour dans l’hexagone, un passage nécessaire pour revoir la famille et les amis – la période de fêtes tombe juste à point – mais aussi pour préparer la saison 2 qui sera …américaine, avec un départ prévu mi-janvier vers le Mexique. Avant la narration de ces préparatifs dans un prochain article, voici les dernières étapes de notre parcours avant l’arrivée dans la région parisienne.

Hors saison


En nous rendant à Bayreuth, nous n’espérions pas assister à un concert de Wagner le soir même. Les places du célèbre festival sont d’ailleurs réservées parait-il 7 ans à l’avance. Nous espérions tout de même trouver quelques lieux touristiques ouverts. Que nenni ! Non seulement presque tout était fermé ce lundi, mais en plus nous avions l’impression que toute la ville était en travaux. Opéra emballée de plastique, rues envahies d’engins de chantier, musée Franz Liszt fermé, musée Jean Paul fermé (pas grave celui-là, on ne le connaissait pas) et maison de Wagner fermée. Seule la tombe de ce dernier était ouverte, enfin je veux dire accessible. La seule façade en très bon état, voire quasiment neuve dans cette ville était l’entrée …d’un garage souterrain, décorée de volailles multicolores !

Nous avons alors fui la ville en poussant une petite marche de 8 km pour aller voir le château et nous sommes tombés sur …des tracteurs et des camions, dans l’allée même menant à l’édifice ! Nous avons tout de même pu faire le tour de ce dernier, les extérieurs restants accessibles au public, encore heureux ! Et nous étions tout seuls, vive le hors saison !





Main-hattan

Vous le saviez peut-être, c’est le nom donné à la skyline formée par les gratte-ciels de Francfort, le Main étant le nom de la rivière qui traverse la ville, et l’allure générale ayant effectivement un petit air new-yorkais. Ces tours de verre sont majoritairement celles des établissements financiers qui font la réputation de la ville, et parmi elles figure la Banque Centrale Européenne. Tout cela peut s’observer des quais, mais c’est encore mieux du haut de la tour de la Cathédrale Saint-Barthélemy dont on ascensionne les 95m par un étroit escalier en colimaçon assez vertigineux sur la fin. La place du marché, habituellement très photogénique en raison des édifices qui la bordent et d’une belle fontaine est envahie par le marché de Noël dont on va dire qu’il a aussi son charme malgré l’ambiance alourdie par les mesures sanitaires (masque et pass obligatoires à l’entrée)





Suite du bad trip

Pas d’inquiétude, je parle de notre itinéraire jalonné de stations thermales (bad=bain en Allemand). Wiesbaden en est l’une des plus anciennes d’Europe. Nous nous attendions donc à du spectaculaire. 26 sources d’eau chaude et 1 d’eau froide pensez donc. Mais on sent l’arnaque car de ces 26, 15 sortent de la même fontaine en centre-ville, appelée la fontaine marmite, certes joliment multicolore et fumante mais pas plus impressionnante que celles de Tchéquie. C’est terrible d’avoir des références, on devient difficile ! Les autres sources, donc 9 si j’ai bien compté, sont restées bien cachées. Probablement dans les quelques établissements thermaux de la ville qui ne se visitent pas, du moins le temps d’un après-midi.

Nous avons pu tout de même entrer dans le hall de la « maison de cure » (Kurhaus), ancien établissement thermal principal de la ville devenu un ensemble luxueux avec salles de spectacles et de réception, restaurant et casino. Déjà l’extérieur du bâtiment ne paie pas de mine avec son côté temple grec, mais l’intérieur est splendide, en particulier avec sa pièce maîtresse saisonnière, un arbre de Noël géant constitué entièrement de poinsettias. L’appareil photo a bien crépité, mais tout est dans la boîte (je n’ai pas trouvé d’autre transition avec la dernière photo).


Trèves, l’allemande romaine

Cette cité charmante au bord de la Moselle a conservé pas mal de traces de son origine romaine : un bel amphithéâtre, les thermes de l’empereur et ceux de Barbara (le nom ne vient pas de la chanteuse mais de Ste Barbe la patronne des pompiers), un pont romain et la Porta Nigra, l’emblème de la ville. D’autres édifices valent le détour, comme ce palais princier de style rococo, cette église (Notre-Dame) de style cocorico (je dis ça à cause de ses vitraux français) et cette cathédrale (St Pierre) la plus ancienne d’Allemagne.

Bien sûr, comme dans toute bonne ville allemande à cette période, la place du marché est très animée et occupée par un marché de Noël. Dans un autre registre, on trouve à Trèves la maison natale de Karl Marx. Les habitants en sont fiers paraît-il. Surtout que la valeur immobilière de la maison s’envole. L’enfant du pays a bien su faire fructifier son capital !





Chez ma tante

C’est là, à Vendeuvre-sur-Barse, que nous avons notre base logistique. Un bien grand mot pour dire que nous y stockons quelques cartons en attendant de nous poser dans une maison dans quelques années …ou quelques décennies. Rien à voir donc avec l’établissement de prêts sur gages bien connu des jeunes de mon âge, notre stock étant sans contrepartie. Mes parents étant tous les deux enfants uniques, je n’ai pas non plus de tante – il s’agit de celle de mon épouse – mais je la considère comme telle. Le genre de personne qui vous accueille toujours à bras ouverts, à cœur ouvert et même à frigo ouvert… Qui est toujours de bonne humeur. Qui ne dit du mal de personne. Grand-mère idéale (comme on dirait gendre idéal) pour ses petits-enfants, elle doit être aussi mère idéale (ses enfants le disent en tout cas) et donc logiquement tante idéale.

Le temps maussade n’étant pas propice aux photos, j’ai tout de même pris quelques clichés de « chez ma tante » pour vous les présenter à la manière d’un musée.

L’entrée du musée

L’inévitable oeuvre d’art moderne à l’entrée

La collection d’assiettes en porcelaine « Les quatre mousquetaires » (D’Artagnan a brisé la sienne d’un coup d’épée malencontreux)

La collection de 250 verres « Chats écrasés » (on a l’impression de n’en voir que 10 mais c’est justement l’effet dix verres recherché)

L’horloge gastronomique
Le parc arboré

La caisse …

Le service à café « Blanche-Neige et les 6 nains » (vous savez que, malheureusement, Atchoum n’a pas survécu à la pandémie)

La soupière spéciale Covid (pour servir la soupe à la gris masque)

Je laisse à votre sagacité la dernière légende (solution en fin d’article)

Park4night

Copie d’écran du site Park4night.com

J’ai dû déjà vous parler de cette application communautaire dont nous nous servons assez souvent pour trouver des parkings en centre-ville ou des emplacements adaptés à une pause nocturne. La description comporte suffisamment de renseignements (photos, revêtement et pente du terrain, caractère gratuit ou payant, quiétude de l’environnement, services à proximités de type eau, toilettes, zones de vidanges, commerces à proximité ou encore qualité du réseau mobile) pour nous permettre de trouver l’endroit qui correspond à nos critères.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Paris comporte pas mal de propositions, y compris gratuites, tout à fait honorables en termes de bruit urbain et de sécurité. Nous en avons testé deux, l’une gratuite devant l’hippodrome de Longchamp, assez calme mais un peu excentrée, et l’autre payante dans le 7ème arrondissement, à deux pas de la Tour Eiffel, très bien placée en regard des rendez-vous que nous avions dans le quartier et de toutes façons à 50m d’une station de métro. Très bien pour profiter quelques jours de la capitale, toujours agréable à visiter, notamment en cette période de fêtes.




Voilà donc que se termine cet article. Nous allons passer tranquillement les fêtes en famille et préparer notre shipping pour le Mexique. Je vous en dirai davantage la prochaine fois. A bientôt !

saison des moutons
Moutons tondeurs de gazon en plein Paris. Sheeping ?

P.S. Solution de l’énigme : l’étoilette

42. Le blog est de retour

Plébiscite

Suite à ma dernière publication, j’ai eu l’heureuse surprise de recevoir de nombreux témoignages de sympathie et/ou de vifs encouragements, J’ai découvert plus de lecteurs que je ne l’imaginais, que chacun lisait à sa façon, de temps en temps ou au contraire guettant la moindre sortie, que d’autres lisaient en famille, que d’autres encore préféraient la version simplifiée sur Instagram. Bref j’ai un peu découvert mes lecteurs, plus nombreux que ce que j’imaginais, tout cela m’incitant naturellement à poursuivre ce blog. Merci du fond du cœur à tous les répondants, et merci aux autres lecteurs de me lire tout simplement. Ces retours m’ont permis de mettre au jour quelques problèmes techniques, comme l’impossibilité de lancer le quiz ou la difficulté à charger les images par exemple. Cela va m’inciter à modifier mes choix et je vous encourage vivement à remonter d’éventuels dysfonctionnements via le formulaire de contact, afin que j’y apporte dans la mesure du possible les corrections nécessaires. Donc l’aventure continue ! 😊😊😊


Légende à deviner 1

Je rappelle que nous venons d’arriver en République Tchèque, et cela a attisé inévitablement mon esprit malicieux. A vous de retrouver la légende qui correspond à chaque photo. La solution est inscrite à l’envers pour que vous ne trouviez pas trop vite…

Euqèhct tenrac nu

Olomouc et son horloge astronomique

Cette ville serait d’après notre guide la deuxième plus belle de République Tchèque après Prague. Un autre guide la classe première. Cette rivalité méritait que l’on s’y arrête, même en l’absence de toute possibilité de trancher puiqu’il s’agit de notre première ville-étape dans le pays. Effectivement les façades baroques et renaissance aux tons pastel alternent le long des rues pavées, les places sont parsemées de fontaines et de petits restaurants qu’on imagine très actifs à la belle saison. Peu de monde dehors en ce moment, surtout avec la froide grisaille ambiante, mais le grand marché de Noël en cours d’installation va bientôt changer la donne. La cathédrale s’enorgueillit d’avoir reçu à la fois Jean-Paul II et Mère Teresa, tandis que le château est fier d’avoir hébergé le jeune Mozart pendant qu’il composait à 11 ans sa 6ème symphonie en fa majeur tout en cicatrisant de sa petite vérole. Mais le clou du spectacle à Olomouc, c’est la magnifique horloge astronomique intégrée dans un mur de la mairie. Datant du début du XVème siècle, elle a dû être reconstruite à plusieurs reprises, le style dit « réaliste soviétique » actuel datant des années 1950. Entourée d’une mosaïque très propagandiste dédiée aux joies du labeur en toutes saisons, l’horloge assure tel un couteau suisse de multiples fonctions. Elle donne ainsi les minutes, les heures sur 12 ou 24 heures, les jours de la semaine et du mois, l’année, la saison, le signe du zodiaque en cours, la phase de la lune, la position des planètes du système solaire et même une carte du ciel actualisée. En plus, tous les jours à midi se déclenche une animation ou 12 ouvriers tournent autour d’un axe. Les russes n’aimaient pas les apôtres initialement installés par l’auteur…


Restaurace

Malgré son petit air d’imparfait du subjonctif, ce terme désigne tout simplement un restaurant et reste plus facile à identifier qu’un « kavarna » (café) ou un « hostinec » (auberge). Donc nous avons testé un « restaurace ». Accueil sympathique, menu traduit partiellement en anglais, nous avons pu tester quelques spécialités locales : en entrée une soupe traditionnelle avec bouillon de volaille et petits morceaux d’oie enveloppés dans des feuilles de chou. En plat un rôti de bœuf à la crème servi avec des airelles et des « knedliky » (tranches d’une préparation faite de farine, d’œufs, de levure, de pain rassis et de pommes de terre). En dessert un gâteau à la citrouille et aux noix accompagné de nougatine. En boisson ce fut obligatoirement une bière : les Tchèques en sont les premiers consommateurs au monde avec 150 litres par an. Pour finir un café, servi comme souvent ici avec un petit verre de lait et un petit verre d’eau. L’addition était plutôt douce, 25 euros pour deux pour un menu 2 plats, boissons et cafés compris. Dans les rues, on trouve fréquemment des échoppes vendant des « trdelnik », pâtisseries cylindriques faites de boudins de pâte à la cannelle enroulés autour d’un axe en bois ou en métal puis cuits sur le gaz ou plus traditionnellement au feu de bois après avoir été enrobés de sucre et de noisettes concassées. Après, l’intérieur du cylindre peut être garni de tout ce que vous voulez. Ce n’est qu’une fois la bouche pleine que vous arriverez peut-être à prononcer son nom.


Légende à deviner 2

Euqnab ed euqèhct enu

Le client est roi

Saviez-vous que ce slogan a pour auteur Tomas Bata, le créateur de la célèbre marque de chaussures ? Nous l’avons découvert en visitant son usine à Zlin. La philosophie Bata était d’allier la productivité au bonheur social, pays de l’Est oblige. Lorsqu’à New York on trouve une banque Trump, une tour Trump, un golf Trump, des yachts et hôtels de luxe Trump et j’en passe, cela se traduira à Zlin par un hôpital Bata, des jardins Bata, des écoles Bata, des stades Bata, etc. Tomas Bata a tout de même eu la faiblesse de s’offrir un avion. Bien mal lui en a pris car il s’est crashé avec. Vu sa célébrité, il a dû être enterré en grandes pompes…



Ferme la porte, il fait froid dehors !

Cette phrase fréquemment prononcée à l’approche de l’hiver a un certain côté illogique : même si cette fichue porte est bien fermée, il fera toujours aussi froid dehors. On comprend que c’est à l’intérieur que ça s’arrange ensuite, mais pas toujours. Tenez, dans Roberto, c’est suite à l’ouverture puis la fermeture d’une porte qu’il s’est mis à faire froid à l’intérieur. Après une journée comme une autre, nous nous garons ce jour-là à la tombée de la nuit et allumons notre chauffage. Je rappelle qu’il s’agit d’un chauffage fonctionnant au gasoil prélevé sur le réservoir du véhicule. La ventilation démarre puis s’arrête quelques minutes après. L’écran de commande affiche un code qui, d’après le manuel signifie « absence d’arrivée de gaz ou véhicule garé trop en pente ». Nous sommes certes en discrète pente vers l’avant, mais nous avons déjà expérimenté un chauffage normal avec une pente plus forte, et à priori le chauffage au diesel ne serait pas sensible à la pente contrairement à celui au gaz. Notre réservoir est au premier quart, ce qui normalement est largement suffisant pour que le chauffage fonctionne. Dans la version « diesel » de notre chauffage, celle que nous possédons donc, le code n’est pas répertorié… Le plus proche est « niveau de gasoil insuffisant ». Nous nous disons qu’avec la pente, la crépine de prélèvement n’est peut-être pas du bon côté du réservoir et que du coup le carburant n’arrive plus. Dans le doute, nous repartons faire le plein à un kilomètre de là et trouvons un stationnement à plat. Malheureusement, la procédure de réamorçage décrite dans le manuel ne fonctionne pas et nous devons convenir, après vérification visuelle de tous les branchements, que notre chauffage est en panne. Trop tard pour trouver un dépanneur, et de toutes façons, le plus proche est à 100 km de là. Avec 4°C dehors, nous nous préparons à passer une nuit un rien frisquette. Il ne faisait que 9° C le matin au réveil, mais notre équipement antifroid a bien joué son rôle. Avant de reprendre la route vers le réparateur tout en shuntant l’étape du jour, je revérifie le manuel et me demande soudain si nous n’aurions pas enclenché par erreur l’interrupteur du kit d’altitude (prévu pour l’utilisation du chauffage au-delà de 1500m quand l’oxygène est plus rare). Je ne crois pas à postériori que dans cette position le chauffage aurait refusé de s’allumer, mais par contre cela m’a permis de constater que l’interrupteur était en position médiane, pile entre la position normale et celle du kit altitude. Aucun contact ne se faisait donc, ce qui bloquait tout allumage. Du bout de l’index, je pousse l’interrupteur d’à peine un millimètre et relance le chauffage. Ô miracle, tout repart comme en 40 ! Mais pourquoi cet interrupteur avait-il pris cette position ? Parce que dans l’après-midi, lors d’un virage très serré, la porte de la salle de bains s’était ouverte brutalement, finissant sa course dessus. Nous avons eu beau la refermer, il a fait presque aussi froid dedans que dehors.


Légende à deviner 3

Siob ne euqèhct nu

Slavkov u Brna

Ce nom ne doit pas vous dire grand-chose. Et pourtant cette étrange mise en scène dans une entreprise de travaux publics et ce personnage familier au milieu du rond-point devraient vous mettre sur la piste. Slavkov n’est en fait que le nom tchèque de la ville d’Austerlitz, proche du site de la bataille du même nom, celle dite des 3 empereurs, où Napoléon battit brillamment la coalition Autriche-Russie pourtant en supériorité numérique. Au prix tout de même de 15 000 morts rien que du côté français. La colline est celle d’où il a dirigé la bataille. Le monument dit de la paix est dédié aux victimes des 3 pays. Une expo multimédia est juste à côté, décrivant de façon très démonstrative les différentes phases stratégiques de la bataille et ses enjeux. On vous aurait bien montré tout ça, mais les photos et vidéos étaient interdites. Vous n’aurez qu’à venir voir par vous-même !


Drôle d’oiseau

Cet oiseau étrange cache à la fois une voiture de collection mais aussi en arrière-plan les flèches élancées de la cathédrale Ste Barbe de la ville de Kutnà Hora, à 60 km à l’Est de Prague. Tout ravit l’œil du visiteur et celui de l’appareil photo : la nef haute de 33m dont la voûte est couverte de blasons, les vitraux peints directement sur le verre, les fresques dont certaines remontent au XVème siècle, les bancs finement sculptés et l’orgue aux 4000 tuyaux que de façon inhabituelle on peut observer par le dessus et l’arrière. Jésus lui-même, assis par terre l’air songeur, n’en revient pas. La ville elle-même a son cachet avec ses ruelles tortueuses et son passé prospère lié à l’exploitation d’une mine d’argent. Une dernière curiosité et pas des moindres, on trouve à Sedlec, en bordure de Kutnà Hora, une étonnante chapelle dite de Tous-les-Saints entièrement « meublée » d’ossements humains. Oui je dis bien « meublée » car on trouve ici des lustres, des cadres, des autels, des inscriptions murales, etc. 40 000 squelettes ont servi à cette décoration étrange, grâce à une épidémie de peste et au réaménagement du cimetière de la chapelle. Ikea humanum est.




Légende à deviner 4

Tniop-euqèhct nu (c’est l’entrée de notre camping à Prague)

Résumé prague-matique

L’exercice est délicat de raconter deux journées de visite d’une capitale en quelques photos. Je me contenterai de légender quelques unes de nos préférences :










L’or de Bohème

C’est le nom donné à la première bière digne de ce nom fabriquée à Plzen en Tchéquie en 1842. Avant, des brasseurs improvisés fabriquaient des breuvages très moyens. Réalisant qu’ils avaient touché le fond en matière de brassage, ils décidèrent de s’unir, d’embaucher un maître brasseur et de construire un établissement digne de ce nom près d’une source d’eau douce de qualité et de caves en grès. Le maître brasseur affina le processus de fermentation froide, et mit au point la première bière blonde et transparente au monde qui eut un tel succès que les brunes comptèrent pour des prunes. Aujourd’hui, l’usine est toujours en activité et se visite. Dans une bonne odeur de malt et de houblon, on passe entre les chaudières en cuivre et les cuves de fermentation ouvertes, puis on entre dans les souterrains où la seconde fermentation se poursuit dans les tonneaux de chêne. 23 km de galeries tout de même ! La visite se termine naturellement (sans ça on n’y serait pas allés 😉) par la dégustation directement au tonneau. Un délice !


Légende à deviner 5

Cnalb ne euqèhct nu

Marienbad ou mes illusions perdues

Je voulais visiter cette ville, d’abord parce que c’était une station thermale, mais aussi parce qu’elle évoquait en moi le romantisme d’un film d’Alain Resnais, L’année dernière à Marienbad. Sauf que ce film fut tourné en Bavière. L’histoire c’est celle d’un homme qui rencontre une femme dans un palace et essaie de la persuader qu’ils se sont rencontrés l’année passée à Fredrikstad (c’est en Pologne). Elle dit non mais il insiste : « Alors c’était peut-être à Marienbad ou Karlsbad ». Le titre vient juste de là, parce que le nom sonnait bien… Bon, il reste que c’est une station thermale en activité, avec de jolis parcs bordés de bâtiments rétro et plusieurs sources à goûter à l’aide d’une petite tasse en porcelaine à long bec appelée « kalisec ». L’eau est fraîche et pétillante. Ça repose de la bière !


La même en mieux

karlovy vary, république tchèque

Karlovy Vary est la grande sœur de Marienbad, à moins de 100 km au nord de celle-ci. On y retrouve le charme de ces villes d’eaux ayant connu leur essor au XIXème siècle, avec des alignements de grands hôtels autour de parcs verdoyants, des bâtiments dédiés à l’exploitation et à la mise en valeur des sources comme ces magnifiques colonnades métalliques à la manière de Gustave Eiffel. Mais là où le charme de Marienbad reposait sur un aspect désuet et tranquille, celui de Karlovy Vary est dominé par l’exubérance et l’opulence. La ville est d’abord plus grande, alignant de façon spectaculaire plusieurs centaines d’hôtels aux façades très travaillées sur plusieurs niveaux autour de la rivière centrale. Les sources sont à la fois plus nombreuses et plus expressives, crachotant et fumant dans la rue. Les établissements de remise en forme sont évidemment légion. Les boutiques et les restaurants se sont tournés vers le grand luxe. Nous avons doublé notre collection de kalisecs (traduire : nous en avons acheté un autre) pour goûter à différentes sources, plutôt chaudes, ferrugineuses et soufrées ici. La température la plus élevée est de 73°C. La dégustation de l’eau s’accompagne typiquement ici de celle d’oplatky, petites gaufrettes en forme de disque et, lorsque le foie est bien reposé d’une liqueur locale dénommée Becherovka. Au fait, si vous voulez voir les sources crachoter et fumer en vidéo avec le son et tout et tout, allez jeter un oeil sur le compte Instagram de Roberto @en_route_avec_roberto


Légende à deviner 6

Celle-là je l’adore, la solution est dans le titre…


Tchéquie, c’est fini !

Nous aurons passé une dizaine de jours dans ce pays intéressant à plus d’un titre. Le parcours est résumé ci-dessous. Nous avons franchi la frontière vers l’Allemagne que nous nous contenterons de traverser en quelques jours. Avec quelques stops tout de même. A bientôt !

P.S. En route avec Roberto dispose désormais d’un compte Instagram auquel vous pouvez accéder en cliquant sur le lien ou sur le bouton en fin d’article. Les publications y sont plus fréquentes mais avec un nombre et un format de photos restreints, tandis que les textes sont plus concis. Pas de panique si vous n’avez pas ou n’aimez pas Instagram, les photos et commentaires finiront tôt ou tard sur ce blog, l’inverse n’étant pas toujours vrai.

Parcours en République Tchèque

38. Chroniques lettones

Géographie pratique

Exercice : Situer correctement les Pays Baltes et leurs capitales

Nous avons beaucoup voyagé en Asie du Sud-Est et en situons parfaitement tous les pays et capitales. A l’inverse, nous en sommes encore incapables pour de nombreux pays d’Afrique. Et jusqu’à ce que nous y soyons parvenus, j’avoue que nous avions beaucoup de mal à situer correctement les pays baltes et leurs capitales respectives. Maintenant, nous n’aurons plus de doute. Et vous, sauriez-vous placer les pays baltes sur une carte ? Comme quoi, voyager devrait faire partie de l’enseignement scolaire !

La Lettonie comme ses deux sœurs baltes est une jeune république âgée de seulement une trentaine d’années. Il en ressort une vivacité économique une volonté très présente de vivre l’instant présent, en témoignent la qualification pour intégrer l’Union Européenne en 2014 et la vie nocturne apparemment déjantée (nous ne sommes pas allés vérifier) de la capitale. En revanche, comme pour l’Estonie, les stigmates de l’occupation Russe sont encore très présents, comme si le pays ne voulait pas les effacer. De nombreux immeubles et maisons en ruine jalonnent les rues et les routes, les maisons occupées sont peu ou pas entretenues et contrastent fortement avec les voitures luxueuses garées devant. Malgré tout, ces vieilles façades défraîchies aux tons glauques donnent un charme particulier.

Cette façade est vraiment d’un « autre temps » comme l’indique la pancarte…

Culs-terreux

Nous nous demandions pourquoi d’aussi nombreuses voitures avaient l’arrière totalement couvert de boue, comme si elles sortaient d’un rallye. Et puis nous avons vu ce panneau, sans trop le comprendre.

Attention : Immeuble avec 1 paratonnerre et 1 antenne de réseau mobile ?

Et puis nous avons vu la route, pensant qu’il s’agissait d’une zone de travaux. Mais non, il s’agissait d’une route dite « non revêtue » que nous devrons parcourir comme d’autres un peu plus loin sur plusieurs dizaines de kilomètres. Par chance il ne pleuvait pas ces jours-là et ce fut donc sans trop de dommages pour le postérieur de Roberto. Par contre, malgré l’absence de panneaux limitateurs de vitesse, ce qui sous-entend que l’on pourrait y rouler à 90 km/h, nous avons du rouler assez lentement car ça vibrait pas mal dans nos placards tandis qu’il fallait éviter les nombreux nids-de-poules. Cela dit, il y avait là-dedans un petit côté exotique pas désagréable !


Riga, conjuguée à tous les temps

La capitale de la Lettonie est classée au patrimoine mondial de l’Unesco à la fois pour son centre-ville historique médiéval, fait de maisons en bois bordant des rues pavées piétonnes et de beaux édifices religieux aussi bien luthériens que catholiques et orthodoxes, mais aussi pour être la plus grande concentration mondiale d’édifices art nouveau (plus de 600 bâtiments répertoriés) bâtis au tout début du XXème siècle.



Versailles pour nous seuls

Nous parlons du Château de Rundale, surnommé le Versailles de la Baltique, situé à 80 km au sud-est de Riga. Il a été construit au XVIIIème siècle par l’impératrice de Russie, puis repris par des nobles locaux avant d’être occupé successivement par les Allemands puis par les Russes pendant les 2 guerres mondiales. Qui ne se souciaient guère de son entretien, transformant même une magnifique salle en terrain de basket, accrochant des paniers au cou des statues !
L’Etat a fini par le récupérer et le restaurer pour notre plus grand bonheur. Ayant campé sur le parking du château, nous étions les premiers ce matin-là à en franchir les grilles. Et les seuls visiteurs de la matinée ! Nous avons donc effectué une visite en VIP, tout de même chaperonnés par une petite dame qui nous précédait de salle en salle et vérifiait que l’on ne sautait pas sur les couvertures brodées des lits. Pour la description, les photos parleront d’elles-mêmes, accompagnées si besoin de quelques commentaires.


Découverte de la porcelaine idéologique

C’est un terme qui nous était inconnu jusqu’ici, mais que nous avons découvert dans ce musée de la porcelaine de Riga. Au cours des périodes d’occupation soviétique, tout l’art de la porcelaine était récupéré pour la propagande. Ce qui donne ces œuvres étonnantes.


A part ça le musée exposait aussi de belles pièces plus contemporaines dont voici 2 exemples


Petit-dej

Le petit-déjeuner letton, autrement appelé brokastis en langue locale, est rarement sauté. Certains disent que c’est la conséquence des privations pendant l’occupation soviétique, d’autres que c’est une adaptation au climat froid. En tout cas en Lettonie tout se passe comme si on se levait avec la faim au ventre.

Pour en savoir plus, plongeons-nous dans l’intimité d’une famille lettone, un couple standard et ses deux enfants âgés respectivement de 4 ans et 2 mois, appelés Hokku et Onni, deux prénoms assez courants là-bas. Leur petit-déjeuner, ils le prennent ensemble, assis autour de la table. A cause des privations, le mobilier est encore disparate. La mère et ses deux enfants occupent le banc et le père la chaise.

On démarre par des tranches de pain de seigle plutôt noir et plutôt beurré que l’on accompagne de hareng ou de maquereau fumé, parfois de saumon ou de rosbeef, et que l’on recouvre de crème aigre ou de rondelles d’oignons. On enchaîne ensuite avec des œufs et des saucisses fumées, du fromage blanc aux concombres et si l’on est encore affamé (mais après ça l’est-on ?) on peut terminer avec un bon porridge recouvert de confiture ou de baies.

En guise de boisson, les jeunes comme Hokku prennent plutôt du lait, qui va très bien avec le poisson quoi qu’on en dise (l’association lait-thon est très populaire à Riga). Le bébé, lui, est encore nourri au sein. Les adultes pour leur part ne boivent que du café, le thé letton étant plutôt une spécialité française.

La télévision est allumée et diffuse un documentaire sur l’occupation Russe. Car oui, ils ont une télévision. La mère d’Onni a même un lave-linge, c’est vrai ça. Mais là elle ne s’en sert pas puisqu’elle allaite son bébé. Imaginez bien la scène : la mère lettone d’Onni, qui est aussi la mère d’Hokku, allaite Onni tout en regardant l’amer docu. On peut prévoir que le petit dernier aura bientôt besoin d’être changé…

P.S. Bon, j’avoue humblement que ni Hokku ni Onni ne sont des prénoms lettons. Mais si je les avais appelés de façon plus réaliste Druvvaldis ou Ringolds, mes jeux de mots auraient moins bien marché.


Autres découvertes de la (petite) semaine









C’est terminé pour aujourd’hui, nous allons passer maintenant en Lithuanie. Peu à peu, le covid que nous avions réussi à oublier (aucun masque, aucune mesure particulière dans les pays scandinaves) se rappelle à nous : masques de retour dans les magasins et musées depuis l’Estonie, présentation du pass sanitaire dans les musées, enregistrement obligatoire sur un site à l’arrivée en Lettonie. Aïe aïe aïe, nous n’étions plus habitués !

Ci-dessous les cartes de notre trajet depuis le début (nous venons de fêter nos 6 mois de vie nomade) et celui qui vient de se terminer en Lettonie. A bientôt !

37. Une demi-douzaine d’E

E comme Estonie

E comme Estonie, le premier de ma demi-douzaine d'E
La frontière avec la Russie à Narva : drapeaux européen, estonien, municipal et, au loin, russe

La petite république balte a bien du mérite. Sa population d’origine a longtemps été ballotée au gré des invasions successives, des Vikings aux Russes en passant par les Danois, les Suédois, les Allemands et même les Polonais. Chacun des occupants tentant de faire intégrer sa culture et sa religion, tout en prenant à chaque fois les rênes de l’économie. Profitant d’une faiblesse de l’occupant Russe (renversement du tsar par les bolcheviques), l’Estonie proclama enfin son indépendance en 1918. Mais le pays fut repris par les Russes en 1939, par les Allemands en 1941 puis de nouveau par les Russes en 1945 avec une longue et douloureuse période de répression, un exode massif et de nombreuses pertes humaines. Néanmoins, la résistance s’organisa peu à peu, et le pays finit enfin par récupérer sa souveraineté en 1991. Autant dire que c’est une jeune démocratie. Les dirigeants ont mis les bouchées doubles pour lancer une économie capitaliste qui fonctionne plutôt bien, au point d’être acceptés dans l’Union Européenne en 2004 et d’adopter l’Euro en 2011.


E comme Est

Les longues périodes d’occupation soviétique ont forcément laissé des traces. L’habitat n’a plus rien à voir avec celui des pays Scandinaves. Les petites maisons de pêcheurs en bois rouge brique parfaitement entretenues ont fait place à de vieilles baraques dont le bardage mural pastel s’écaille ou pourrit lentement, quand il ne s’agit pas de grands immeubles en brique si impersonnels qu’il faut leur adjoindre un numéro – souvent à deux chiffres – pour que les habitants puissent retrouver leur logement. Dans la campagne, les grandes fermes collectives abandonnées sont légion. Seul le Nord-Est garde une communauté russophone importante. Nous y avons même trouvé une statue de Lénine encore debout.

Très tôt l’Estonie a tourné le dos au géant Russe pour développer une économie libérale en opposition de phase avec celle imposée par son ancien occupant. Elle le surveille néanmoins du coin de l’œil, craignant de subir le même sort que la Crimée ou l’Ukraine. Elle songe même à édifier une barrière le long de sa frontière avec la Russie. Tout en rêvant de creuser un tunnel sous la Mer Baltique pour mieux échanger avec Helsinki. Car l’Estonie se sent bien plus proche de la Finlande, avec qui elle a des racines culturelles communes, qu’avec les autres pays baltes, la Lettonie et la Lithuanie.


E comme e-Stonie

C’est le surnom qui a été attribué au pays compte-tenu de son avance dans le domaine du numérique et des nouvelles technologies. Skype est un pur produit Estonien et les habitants de la petite république balte utilisent depuis longtemps Internet pour déclarer leurs revenus ou signer des documents en ligne. Les enfants apprennent même à coder à l’école primaire. En 2014, l’Estonie fut le premier pays à proposer le statut de résidence électronique aux non-résidents. Si vous voulez en savoir plus sur les avantages de ce statut, si vous souhaitez pour une centaine d’euros créer votre entreprise domiciliée en Estonie, c’est ici.

Nous avons pour notre part expérimenté cette avance numérique en visitant un musée. Le ticket d’entrée, imprimé à notre nom et intégrant notre langage, permet lorsqu’il est apposé sur le commentaire de tel ou tel objet exposé de le convertir en Français. Simple et efficace, beaucoup moins fastidieux qu’avec Google traduction. De plus, apposer le ticket permet, si on le souhaite, de télécharger ce commentaire et des références sur un carnet numérique que l’on peut récupérer en ligne pendant un mois. Vive le progrès !


E comme Estonia

Monument en hommage aux victimes de l’Estonia, en forme de trajectoire interrompue (Tallin)

Si nous avons pu traverser sans souci la mer Baltique dans notre ferry, cela n’a pas été le cas pour les pauvres 989 passagers de l’Estonia, qui sombra en 15 mn au milieu d’une nuit de tempête au cours de sa traversée de l’Estonie vers la Suède en 1994. 852 personnes y ont laissé la vie, la pire catastrophe maritime jamais observée en Europe. Le rapport d’enquête conclut en 1997, après avoir envoyé un sous-marin examiner l’épave à 85m de profondeur et après avoir remonté la porte avant qui s’était détachée à une erreur de conception du ferry. En 2000, une équipe américano-allemande réexamina les données et re-plongea sur l’épave, concluant pour sa part que la porte ne s’était pas simplement détachée en raison de la tempête mais qu’elle avait cédé à une explosion, supposée liée à des munitions que transportait le ferry. Le gouvernement Suédois mit fin à cette théorie du complot en déclarant l’épave « sanctuaire marin » (650 personnes s’y trouveraient encore), en y interdisant toute plongée et en larguant du sable dessus pour officiellement la stabiliser, ce qui évidemment attisa davantage les suspicions. En juillet dernier, une nouvelle équipe dirigea un sous-marin sur l’épave et identifia un trou béant dont ne parlait aucunement le rapport d’enquête initial, attribuant la cause à la rencontre avec un sous-marin. Terriblement d’actualité alors que nous sommes en plein dans le procès du Bugaled Breizh. Le dossier pourrait être réouvert. A suivre. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article.


E comme Envers

Renversant, non ?

Parlons tout d’abord de cette attraction amusante bien que non spécifiquement Estonienne, une maison construite exprès à l’envers juste pour le fun et réaliser quelques clichés surprenants. Pour nous autres ayant vécu l’ouragan Irma, elle n’est pas sans rappeler la cabane des surfeurs de la plage de Lorient jusqu’au cimetière situé 200 mètres plus haut.


Plus typique est le kiiking, une manière bien Estonienne d’utiliser les balançoires en s’y mettant debout, les pieds attachés sur le siège et en intensifiant le balancement jusqu’à faire un tour complet au-dessus de la barre. Plus la corde est longue, plus c’est difficile à réaliser. Le record est de 7 mètres… Pour en savoir plus, consultez le site dédié kiiking.ee


E comme Ephemeride

Terminons cet article comme la dernière fois par nos découvertes journalières au cours de la semaine qui vient de s’écouler. Une petite semaine cette fois, à l’image de la taille du pays.

Vendredi 8/10 : Tallin la capitale


Samedi 9/10 : Randonnée dans les tourbières et visite d’une galerie d’art



Dimanche 10/10 : Visite d’un manoir, balade dans son grand parc puis sur le « chemin des castors » et enfin marche en bord de mer




Lundi 11/10 : réveil ensoleillé sur la plage puis visite de Narva, poste frontière avec la Russie, et enfin d’un couvent orthodoxe

Roberto prend de belles couleurs près de la plage de Toila. Oui, nous avons osé coucher à Toila !

Un couple Estonien refait le monde devant la forteresse Russe juste de l’autre côté de la frontière



Mardi 12 : La vraie et la fausse vierge de Mustvee, un autre cimetière et la maison à l’envers de Tartu




Mercredi 13/10 : Tartu, son musée de pointe, son université, les ruines de son ancienne cathédrale, son couple d’étudiants qui s’embrassent devant la mairie



Jeudi 14/10 : dernier jour en Estonie


Le château de Sangatte

Voilà, j’ai pu caser tous mes E sans trop m’embrouiller. Nous sommes passés en Lettonie et c’est une autre histoire. A bientôt !



36. A deux doigts

Il y a des jours comme ça où l’on passe tout près de lieux où d’évènements que l’on aurait rêvé de voir …ou pas. Voici quelques unes de ces rencontres ratées de peu.

A deux doigts de la Russie

En rejoignant l’extrémité Sud-Est de la Finlande, nous sommes passés tout près de la frontière Russe, à moins de dix kilomètres à un moment. Notre projet initial prévoyait une excursion d’une dizaine de jours jusqu’à Saint-Pétersbourg, distante d’à peine 170 km, permise par un visa électronique beaucoup plus simple à obtenir que le visa classique. Mais voilà, le covid est passé par là et les e-visas sont suspendus. La Venise de la Baltique et les coupoles de la cathédrale Saint-Sauveur attendront notre prochain passage.


A deux doigts des chutes du Niagara

Ce même jour, nous étions sur le point de découvrir les chutes d’Imatra, autrement appellées les chutes du Niagara finlandaises. Elles furent en effet les plus importantes d’Europe jusqu’à ce qu’un barrage hydroélectrique construit en amont vint changer la donne. Depuis, l’eau n’est libérée que pour sauver un minimum d’activité touristique, seulement 20 minutes par jour et uniquement en été. Et devinez quoi ? Nous sommes en automne et avons donc raté le spectacle de peu. La fée électricité n’est pas celle des touristes ! En guise d’illustration et de consolation, je vous ai mis le mieux que j’ai pu trouver, à savoir le déversoir de la retenue d’eau du centre-ville de Tampere. La hauteur de la chute doit bien friser les 9 mètres 50…


A deux doigts du Sahara

Vrai de vrai, nous ne nous attendions pas en passant dans cette rue près du port de Kotka, à voir ces grandes dunes de sable, ces palmiers et cette procession de chameaux. En y regardant de plus près, nous découvrons que ces dunes sont en fait constituées de copeaux de bois, entreposées là pour la fabrication de papier, une grande spécialité de la région. Pour prendre notre revanche de nous être fait duper, nous nous sommes faits en retournant dans Roberto un petit thé à la menthe…


A deux doigts de figurer dans la saison 4 de Bordertown

Car oui, nous sommes restés une journée et une nuit dans la ville de Lapeenranta, là où se déroule l’intrigue de cette série policière très prisée des Finlandais. Impossible de savoir si le tournage de cette nouvelle saison est en cours, mais comme elle n’est pas encore sortie, c’est tout à fait envisageable. Si vous voulez avoir un aperçu de cette série, voici la bande annonce. En réalité, nous avons abandonné le visionnage en cours de route, pour cause de lenteur excessive et d’intrigues trop complexes. Du noir scandinave trop noir ?


A deux doigts de choper une contravention

Le bon côté en Finlande, c’est que le stationnement est rarement payant. Mais comme partout, il y a des règles, celles explicites sur les panneaux et celles non-dites. Ce doit être une de ces dernières que nous n’avons pas respectées car alors que nous pensions être bien garés sur ce petit parking le long du port, les roues bien à l’intérieur des bandes de marquage au sol, bien perpendiculaires au trottoir, et le disque de stationnement bien en vue, nous avons tout de même trouvé au retour de notre balade un petit papillon sous notre essuie-glace. Disant que nous étions mal garés et que l’explication était jointe – ce qui n’était pas le cas. Disant surtout que, l’infraction étant jugée mineure et que nous n’étions pas récidivistes, nous écopions d’un simple avertissement. Ouf, car les amendes sont parait-il, dans les pays nordiques, aussi salées que les poissons.


A deux doigts de tomber sous le charme d’un marché animé et typique

Mais le rédacteur de notre guide n’avait pas dû fréquenter le lieu un 1er octobre. L’expression trois pelés et un tondu aurait sans doute pu convenir si les chalands de ce marché central de la ville de Loviisa n’étaient pas coiffés de bonnets compte-tenu des températures frisquettes du jour. Sur cette place désertée, la seule vraie animation, et encore, était un bus transformé en bar où l’on pouvait consommer aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. La couleur blanche nous faisait penser à un long camping-car, du coup l’idée d’y prendre un café ne nous a même pas effleuré, tant ça aurait ressemblé à notre quotidien !


A deux doigts de visiter un aquarium haut de gamme

Là aussi, la description qu’en faisait notre guide était prometteuse : « tout sur les poissons et l’environnement marin de Finlande », « 22 aquariums à thème, le plus beau étant la cuve cylindrique de 500 000 litres qui comprend les poissons de la mer Baltique, et dont la profondeur de 7 mètres reflète la profondeur moyenne des lacs finlandais », « théâtre marin », « expositions », « café ». Le prix réduit à l’entrée aurait dû nous alerter, mais nous avons pris nos billets sans rien demander. A l’intérieur, très peu de visiteurs, une dizaine d’aquariums à tout casser (non, nous ne serions quand même pas allés jusque là !) dont plusieurs nécéssitant de s’agenouiller pour réussir à voir l’intérieur. A l’inverse, beaucoup de photos accrochées au mur. C’est peut-être le seul aquarium que nous ayons vu où il y a davantage de poissons en photo que dans les bassins ! Et bien entendu l’aquarium de 500 000 litres est …en maintenance, caché derrière du papier kraft. Quant au théâtre marin, nous ne l’avons pas trouvé. Ah, j’oubliais le nourrissage des poissons, l’attraction-phare de 15h30 comme annoncé sur le programme. J’imaginais une sorte de boucher-pêcheur en tablier ciré venant jeter des morceaux de viande saignante sur lesquels les esturgeons affamés se jetteraient tels des piranhas. Mais non, ce fut la petite dame toute frêle qui nous avait vendu les billets qui alla jeter trois cuillers de flocons pour poissons rouges dans le bassin, sans susciter de véritable remous parmi ses occupants. En France nous aurions crié à l’arnaque, mais nous sommes trop respectueux des pays visités pour faire un esclandre ici.


A deux doigts de passer une nuit calme sur un parking désert

L’avantage de voyager hors saison est que nous n’avons aucune difficulté pour stationner, de jour comme de nuit, ce qui n’a pas toujours été le cas en juillet-août. Et nos nuits sont en général très tranquilles, que nous les passions sur des spots en pleine nature ou sur des parkings un peu excentrés des villes. Cette nuit là pourtant, alors que nous stationnions sur le parking d’un site touristique fermé en octobre, Claudie a entendu une voiture s’arrêter pas loin de nous puis des éclats de voix. Soulevant un peu le rideau, elle découvre un couple assez éméché, lui la soutenant titubant jusqu’à ce qu’elle finisse assise par terre, les deux conversant à volume élevé. La scène a duré un moment avant qu’ils ne finissent par repartir. Claudie m’a raconté tout ça au petit-déjeûner car je ne me suis aperçu de rien !


A deux doigts de ne vous parler que de ce que l’on a raté

Parce que quand même, nous avons vécu plus de belles choses que d’expériences négatives et que mêmes ces dernières font partie intégrante de notre voyage et que nous les recevons comme telles. Ce dernier chapitre liste donc les découvertes de la semaine, par ordre chronologique, à l’aide de photos légendées.






















C’est sur ce MS Finlandia de la compagnie Eckerö Line que nous quitterons la Finlande pour l’Estonie. De nouvelles aventures commencent !

34. On connaît la chanson

Ǻ, ville simple

Première étape pour nous aux îles Lofoten, Ǻ en est la ville la plus proche de l’Équateur, ou la plus au Sud si vous préférez, ou encore la moins au Nord compte-tenu qu’elle est tout de même située au-dessus du cercle polaire. Les panneaux d’entrée de ville sont rares en Norvège, mais celui-là était bien présent et méritait évidemment la photo. Comme son nom l’indique, Ǻ est une petite ville toute simple, toute belle, avec son port photogénique et si typique de ces îles norvégiennes. Les petites maisons rouges sont avant tout celles de pêcheurs, le nom de chacun est même gravé sur un poisson en bois à côté de chaque porte d’entrée. Ǻ est en fait juste un village, peu fréquenté en cette fin de saison. Nous n’avons pas réussi à trouver la mairie, et du coup nous ne saurons même pas si son maire s’appelait Ż ni si c’était un génie.

Roberto à A

Miroir ô miroir, suis-je toujours la plus belle ?

Quand on traverse les îles Lofoten, on a non pas la guitare mais l’appareil photo qui démange. Les paysages de cartes postales se succèdent. Les petits villages et les ports bordés de montagnes abruptes et saupoudrées de neige ont un reflet quasi parfait sur l’eau lisse et immobile des fjords et des lacs, au point que l’on pourrait retourner l’image sans voir la différence. On trouve aussi quelques jolies plages avec des surfeurs et plus rarement des baigneurs. Avec 11°C dans l’eau, il faut un minimum d’habitude et de témérité, non ?


Les aurores de la guerre

Narvik, sur le continent, a été le siège d’une bataille navale de plusieurs années au cours de la seconde guerre mondiale. Pourtant, cette guerre, la Norvège ne voulait pas la faire ni tuer de pauvres gens. Elle s’était déclarée neutre et se contentait de protéger son territoire, comme ici à Narvik, où elle avait posté deux simples navires de défense côtière à l’entrée du fjord. Ils n’ont pas résisté longtemps aux destroyers allemands venus s’emparer du port et s’assurer ainsi le bon transit du minerai de fer venant de Suède pour fabriquer chars et canons. Les alliés s’en sont émus et sont venus prêter main forte aux Norvégiens, reprenant le dessus malgré de lourdes pertes, des deux côtés d’ailleurs. Une soixantaine d’épaves de navires de guerre parsèmeraient les fonds marins de la région. Les Allemands ont fini par partir mais en brûlant tout derrière eux. Les panaches de fumées colorées par les flammes devaient joliment colorer le ciel, mais il n’y avait pas grand monde pour apprécier.

Garde-côte norvégien
face à un destroyer allemand
équipé de torpilles comme ça…

80 années plus tard, le ciel est toujours coloré, mais certaines nuits seulement. Ce n’est peut-être pas un hasard si c’est dans cette ville que nous avons pu observer notre première aurore boréale. C’est vraiment un spectacle magnifique, difficile à immortaliser sur nos smartphones, qui ne rendent pas compte par ailleurs du côté mobile du phénomène.


Tromsø, 3ème ville mondiale pour le tourisme ???

C‘est TripAdvisor qui le dit, donnant ce classement pour la « meilleure expérience touristique ». Bon d’abord TripAdvisor n’est pas la tasse de thé des coureurs de monde en fourgon aménagé comme nous. Ensuite, tout dépend de l’argumentaire. Ce qui attire le plus les voyageurs selon le site, ce sont :
– le soleil de minuit, sûrement intéressant à vivre, mais visible seulement 2 mois par an, de fin mai à fin juillet
– l’observation des orques et des baleines, mais il faut savoir que ces mammifères marins fréquentent la région principalement de novembre à janvier. Ça fait beaucoup de morte saison.
– les randonnées en kayak dans le fjord. D’abord, c’est bête à dire, mais il faut qu’il y ait de l’eau, car une grande partie de l’hiver les fjords sont gelés et là c’est plutôt Holiday on Ice avec les kayaks. Et quand tout est fondu, il faut encore que les températures soient raisonnables : qui va risquer un esquimautage quand la température de l’eau descend au-dessous de 9 degrés, à partir de novembre ?
– les aurores boréales, magnifiques certes mais 100% incompatibles avec le soleil de minuit, et pas vraiment visibles en ville à cause des lumières parasites. Ces traînées lumineuses changeantes ne sont observables que lorsque le ciel est dégagé et qu’il fait nuit noire, de fin septembre à fin mars.
– les balades en traîneau, qui nécessitent aussi un minimum de neige au sol. Si on ne sait pas ça en achetant son ticket, alors oui là on se fait balader !
– l’appellation « Paris du Nord » : on a eu beau se balader sur l’avenue le cœur ouvert à l’inconnu, aucune ressemblance ne nous est apparue. Pourquoi cette appellation ? A l’inverse de notre capitale, la ville de Tromsø a été quasiment rasée par les Allemands et reconstruite sans guère de charme.

Bon et nous alors ? Le soleil de minuit, les baleines, les orques et la neige étaient en vacances lors de notre passage. Les aurores boréales aussi en raison du ciel couvert la nuit. Nous avons tout de même exploré le musée polaire, la cathédrale arctique (architecture proche de l’opéra de Sidney), le centre-ville avec ses maisons et églises en bois, et nous avons pris le téléphérique pour voir la ville de haut et prendre l’air.


Ferry tales

Ferry Tales, ça ne vous rappelle pas une chanson ?
C’est la vue que nous avions de notre lieu de bivouac. Sympathique, non ?

C‘est sympa de prendre les ferries. Ça nous permet de sauter d’île en île et d’éviter ainsi de longs détours, voire des allers-retours inutiles comme dans le cas des Îles Lofoten, reliées au continent par un pont. L’usage est simple, il suffit de se mettre dans la file d’attente puis d’entrer dans le ferry dès qu’il est arrivé. Pas besoin de prendre de billet. Notre plaque d’immatriculation est scannée soit automatiquement par une caméra, soit manuellement par un employé. Elle est connue des autorités puisque nous nous sommes enregistrés au préalable sur un site dédié valable dans tous les pays scandinaves. Ils nous adresseront la facture par mail le moment voulu. A défaut d’enregistrement, la facture est envoyée par courrier à l’adresse mentionnée sur la carte grise. Nous avons passé la nuit dernière sur le parking d’un ferry, situé dans un hameau de 2 ou 3 maisons, au bord d’une petite plage. Bien nous en a pris car, grâce à l’absence de pollution lumineuse et à un ciel bien clair, nous avons pu observer notre seconde aurore boréale. Yes !


Halte à Alta

A force d’aller plus haut, toujours plus haut, nous sommes arrivés dans la bien nommée ville d’Alta, située presque au niveau du 70ème parallèle. Jamais nous n’étions allés tant au Nord, et ce n’est pas fini ! Comme ses sœurs du coin totalement reconstruites après la dernière guerre, la ville n’a rien de spectaculaire au niveau architectural. Elle présente tout de même un intérêt scientifique et culturel majeur, hébergeant 2 des 7 sites norvégiens classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Le premier est un site d’art rupestre, découvert en 1973, recensant aujourd’hui plus de 6000 gravures dans la roche, datant de 2000 à 7000 ans. Le second est le point de passage de l’arc géodésique de Struve, un savant russe qui pendant 39 ans a dirigé des mesures par triangulation tout le long d’un méridien, sur une distance de plus de 2800 km, confirmant et chiffrant ainsi l’aplatissement de la Terre à ses pôles soupçonné par Isaac Newton 2 siècles plus tôt. Enfin Alta a mis en place en 1899 le premier observatoire mondial dédié à l’étude des aurores boréales, dans lequel le norvégien Kristian Birkeland a pu déterminer leur mécanisme. La ville possède d’ailleurs une église très moderne dont l’architecture est censée représenter une aurore boréale.

Pas faciles à voir au début ici,

On voit bien les activités dominantes de l’époque, élevage du renne et pêche

Au voleur ! Rends-moi ma console !
…là, les gravures ont été peintes comme autrefois

Au milieu en bas, la marque d’un poteau électrique planté là par erreur avant la découverte du site !

L’église « boréale » d’Alta

Alors que cet article se termine, vous vous interrogez peut-être sur le rapport entre le titre et son contenu. Mais n’avez-vous pas reconnu quelques paroles de chansons insérées ça et là ? Il y en a une dans chaque chapitre. Relisez si vous n’avez pas tout trouvé et s’il vous en manque, n’hésitez pas à me demander la solution !

Nous se sommes plus qu’à 150 km du Cap Nord, le parcours de Roberto a été mis à jour sur le lien ci-dessous. Bonne lecture et à bientôt, merci de voyager avec nous !

32. Article en PTHD

Amis cruciverbistes vous n’allez pas être déçus. Ou peut-être si, c’est selon. Les paragraphes de cet article sont pour une fois rédigés à la manière de définitions de mot croisés, mais généralement assez tordues, vous me connaissez. C’est pourquoi j’ai qualifié l’article de PTHD, soit « Pas Très Hautes Définitions ». Et encore, vous avez échappé au pire, j’avais imaginé initialement le titre « Des messages avec définitions »… Allez, commençons !

a) beautés nordiques (en 6 lettres)

Attention de ne pas se laisser influencer par la photo de gauche, une des charmantes sculptures qui parsèment les rues de la capitale de la Norvège, où nous sommes depuis hier soir. En effet, la photo est trompeuse, les vraies norvégiennes ne sont pas si bronzées, enfin celle-là oui, mais d’une autre façon. Depuis que nous avons quitté Göteborg et commencé à remonter la côte Ouest de la Suède, puis celle de la Norvège, les paysages ont bien changé. Les lacs, les forêts de pins et les terres agricoles ont fait place à de profondes criques bordées de falaises gazonnées et de roches granitiques. C’est bien des fjords dont nous parlons, ces profondes vallées d’origine glaciaire envahies par la mer, pas spécifiques des pays scandinaves, mais c’est quand même la Norvège qui en compte le plus.

Ci-dessus et ci-dessous : fjords de Marstrand et Fjällbacka (Suède)

b) dévorateurs désordonnés (en 11 lettres)

Quoi ? Vous ne connaissez pas les dévorateurs désordonnés ? Ils étaient pourtant une vingtaine dans ce grand espace naturel de la côte ouest de la Suède, de qualité et de taille très variables, mais il en faut pour tous les goûts. En réordonnant les lettres vous retrouverez enfin ces œuvres d’art que vous cherchiez (oui c’est bien l’anagramme de dévorateurs, vérifiez si vous voulez). Ce qui est intéressant ici, c’est la dispersion de ces sculptures dans un espace de huit hectares connu jusqu’ici pour héberger des reliques de l’âge de pierre et des tombes âgées de 2000 ans. Certaines de ces oeuvres sont visibles de loin, d’autres ne sont aperçues qu’au dernier moment, au détour d’un chemin. Après, on ne les aime pas forcément toutes, mais l’art c’est l’art. C’est à Pilane en Suède, et si vous voulez en savoir plus, c’est ici.


c) polémiques sur le net mais mythologiques à Oslo (en 6 lettres)

Selon la définition, c’est un individu bête et méchant qui aime générer des polémiques quel que soit le sujet de conversation. Avouez que sur le net vous en avez rencontré en grand nombre depuis le printemps dernier, des admirateurs de professeurs marseillais aux vaccinophobes convaincus en passant par les adeptes de la théorie du « grand reset ». La Scandinavie n’est sans doute pas épargnée par le phénomène mais c’est certainement beaucoup plus rare que chez nous, culture oblige. Et c’est peut-être parce eux les connaissent bien, les trolls, ces génies plus ou moins malfaisants qui sévissent exclusivement la nuit. Parce qu’ils sont nés là-bas. Mais à l’inverse des parasites des réseaux sociaux, je trouve les trolls scandinaves plutôt sympathiques.


d) buanderies québecoises (en 7 lettres)

Parlons un peu d’une partie triviale de notre vanlife : le lavage du linge. Nous avions bien sûr dans notre projet initial exploré les différentes possibilités. Dont celle d’embarquer une mini-machine. Mais à moins de se limiter au lavage des sous-vêtements, ces machines de 1 à 3 Kg de linge restent encombrantes, peu pratiques d’emploi (la vidange est le plus souvent manuelle par exemple), fragiles et bruyantes. Sans compter qu’elles ne sèchent pas et que nous n’avons pas envie de transformer l’intérieur de notre fourgon en étendoir géant. Nous avons finalement opté pour les laveries automatiques, choix qui s’est avéré très satisfaisant jusqu’ici. Mais depuis la Suède, ces établissements se font rares, le linge étant traditionnellement lavé là-bas, en dehors des maisons individuelles, dans les buanderies collectives des immeubles qui en possèdent tous une. Ça se présente mieux depuis que nous sommes arrivés en Norvège, puisque la seule ville d’Oslo en héberge au moins quatre. Pourvu que ça dure !

Et là où dans la plupart des laveries non scandinaves on utilise des pièces pour lancer les machines ou les séchoirs, ici rien de tout ça. Nous n’avons d’ailleurs fait aucun change ni utilisé d’espèces depuis la Suède. Tout se fait soit par carte bancaire, soit comme ici à Oslo à l’aide d’une application. Il suffit de renseigner le numéro de sa machine et de faire ok. C’est beau le progrès !


e) symboles de la France à Oslo (en 10 lettres)

Juste devant le parlement norvégien, en plein cœur de la capitale, cet ensemble de trois petits bâtiments bleu, blanc et rouge attire notre attention, d’autant qu’ils sont surmontés respectivement des inscriptions « liberté », « égalité » et fraternité. En y pénétrant, on peut même y entendre De Gaulle ou la Marseillaise et même s’asseoir sur un trône de la République. Une rapide recherche sur le net nous apprend que ces sanisettes – mais oui vous ne rêvez pas – ont été offertes par la France à la Norvège pour célébrer le centenaire de son indépendance (d’avec la Suède) en 1905. Ça a fait polémique sur le moment, beaucoup auraient peut-être préféré un truc du genre la grande statue à l’entrée du port de New York, mais ça s’est calmé depuis que le norvégien initiateur du projet a expliqué que c’était tout à l’honneur de la France qui avait ainsi donné au pays deux de ses plus grandes inventions : la constitution (celle de la Norvège s’en est largement inspirée) et les toilettes publiques. Cocorico ! D’autres merveilles osloïtes suivent en photo.

Sanisettes françaises près du parlement, dans le centre d’Oslo
Le Parlement Norvégien
Le palais royal
La garde prête à être relevée
La bibliothèque et l’opéra

Souvenirs nordiques

Eglise médiévale en bois « debout »

Que regardent des statues devant un musée d’Oslo ?

Plus de 200 statues
au toit tout en marbre,

Street art

A l’intérieur aussi c’est du bois

Le Pôle Sud, qu’ils ont atteint les premiers en 1911

dans le Parc Vigelen
sur lequel on peut marcher

Mouette (terme générique…)

La Cène, au fond

A l’aide du Fram, le navire le plus solide au monde (en 1911)

par l’artiste éponyme

f) 2 quatrains sur 2 rimes embrassées et 2 tercets (en 6 lettres)

Dans un article précédent, je vous avais conté l’une de nos mésaventures à la manière d’Andersen. Je vous la fais cette fois à la manière de Rimbaud, ou plutôt Rambo devrais-je dire tellement le style est archaïque. Un essuyage de plâtres qui date du début de notre voyage, et dont nous n’avions pas jugé utile de parler. Maintenant que notre fierté est ravalée, avec un zeste de poésie et une dose d’humour, je vous livre ce sonnet. Avec l’original, car ça fait du bien de ressortir les classiques en cette période de rentrée scolaire.


Le baptême du van

C’est un parking en dur tout près d’un groupe scolaire
Et d’une route nationale, tout sauf un spot nature.
Ils sont arrêtés là sur un coup de colère,
Après une dispute à propos d’un vieux mur.

Ils s’étaient engagés dans une ville médiévale
Avec leur fourgon bleu tout juste réceptionné.
L’étroitesse des ruelles arrêta leur cavale
Le GPS pourtant n’avait rien mentionné.

Demi-tour impossible, il fallut reculer
Eviter tant le mur que l’auto qui montait
Et devinez la suite, l’auto gagna c’est moche

Le fourgon est donc là dormant sur ce parking
Rêvant peut-être à la pelouse d’un camping
Tranquille. Il a deux trous bleus au côté gauche.

JM Rambo (2021)

Le dormeur du val

C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.


Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.


Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.


Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Arthur Rimbaud (1870)


Nous venons d’arriver à l’extrême Sud de la Norvège, sur la péninsule de Lindesnes. Comme l’indique la pancarte, il ne nous reste plus que 2518 Km avant de rejoindre le Cap Nord, une bagatelle !
Du haut du phare le spectacle est magnifique, et nous n’en sommes qu’au début. Merci de nous suivre, nous vous ferons volontiers partager la suite. N’hésitez pas non plus à commenter, cela fait plaisir de savoir que l’on est suivi 🙂

31. Au fil des jours

L’écume du jour

Mais quelle est donc cette écume mousseuse au bord de cet étang ? Pour en savoir plus, il faut évidemment s’approcher de plus près…

Eh bien on dirait qu’une véritable bataille de polochons vient de se dérouler ici. Cette écume bizarre est bien constituée de plumes, probablement celles perdues par les volatiles qui colonisent en nombre cette zone de l’étang. Simple renouvellement estival ou mue nuptiale, difficile à dire. Quant à l’espèce en question, ni Claudie ni moi n’étant bien forts en noms d’oiseaux, nous attendrons que les spécialistes le disent (d’eider bien sûr… Oui je sais ça ne casse pas trois pattes à un canard).


Le marché du jour

Il y a des trucs bizarres dans les magasins, c’est sûr.

Déjà l’absence de yaourts en pots individuels nous pose problème, nous devons nous contenter des briques d’un litre forcément assez liquides. Depuis notre arrivée en Suède, nous n’avons encore pas trouvé de lait longue conservation et devons acheter du lait frais, et donc forcément nous approvisionner à flux tendu.

Nous sommes très peu consommateurs de sauces, mais là par contre le choix est gigantesque, avec notamment des rayons entiers de sauces en tubes, comme pour la mayonnaise chez nous. Et tout ça dans un rayon intitulé trompeusement « kaviar ». A craindre qu’ils ne montent leur mayonnaise avec des œufs …d’esturgeons !

Les crevettes sont en vrac dans des frigos bahuts. Mais le pire c’est peut-être ces choses douteuses qui flottent dans on ne sait quoi comme ces aliens orangés ou ces gros cornichons jaunes, à prendre en seau complet ou au détail. D’ailleurs la confiture aussi se conditionne en seau ou en boudins souples.

Enfin, les confiseries sont particulièrement abondantes. Les Suédois en sont parait-il les premiers consommateurs en Europe. Pour autant, le rayon le plus coloré n’est pas celui des bonbons mais plutôt celui des fruits, particulièrment bien mis en valeur par des miroirs, comme vous pourrez en juger sur la photo ci-dessous.

marché du jour

Un beau jour à Stockholm

Il ne faut pas croire, le soleil n’est caché en moyenne que 13 jours au mois d’août à Stockholm. Notre séjour dans cette ville a été conforme aux statistiques : une première journée très ensoleillé et une seconde avec de la grisaille et parfois des averses. La capitale est vraiment agréable, très aérée avec sa multitude d’îles qui communiquent par des ponts ou des ferries, lesquels se prennent comme on prendrait un bus (le ticket fait la correspondance avec le métro par exemple). Nous avons joué les touristes classiques. Le récit de nos visites est en photos. Deux attractions font l’objet de chapitres séparés.

stockholm aux beaux jours

Ce n’était pas son jour

Le Vasa avait coulé dans le port de Stockholm 20 minutes après sa mise à l’eau en l’an 1628. Ce navire de guerre devait être à la hauteur de son commanditaire Roi Gustave II Adolphe : richement décoré, richement armé, plus haut que large pour être rapide et efficace. Avec sans doute un peu trop de tout ça, il a perdu l’équilibre à la première brise, s’est couché sur le côté et a sombré en quelques minutes.

Il est resté au fond du port pendant 333 ans avant que l’on réussisse enfin à trouver la technique pour le renflouer. Mais aussi pour le conserver. Il a encore fallu 17 ans d’arrosage au polyéthylène glycol pour que le bois finisse par trouver une certaine solidité et que l’épave puisse enfin être exposée au public. Mais grâce à tous ces efforts, c’est une merveille qui s’offre à nous, unique en son genre. 95% du bateau est d’origine. Difficile de croire quand on voit cette masse impressionnante devant nous, avec tous ces détails dans les sculptures que tout cela est resté plus de trois siècles sous l’eau.

Le vrai Vasa… tel que sauvé des eaux
…et sa maquette au 1/10 avec les couleurs originales

Les ABBA-jours heureux

Le groupe suédois le plus célèbre bénéficie d’un musée dans Stockholm depuis 2013. On y apprend tout sur l’histoire de leur formation, concrétisée en 1970, leur carrière fabuleuse pendant seize années où ils ont vendu plus de 160 millions de disques avant de se séparer en 1986 et de mener chacun une carrière solo. Mais le phénomène ABBA ne s’éteint pas pour autant, de nombreux groupes le font revivre, la comédie musicale puis le film Mamma Mia relancent les ventes. Un projet de spectacle avec les hologrammes des artistes est en cours. Le plus étonnant c’est que le site qui est dédié à ce projet vient tout juste de sortir, pile le lendemain de notre visite. Nous avons peut-être déclenché un truc en faisant une fausse manip sur nos audioguides ? Le lien pour les fans : https://abbavoyage.com/


Deux jours plus tard…

Partis au petit jour sous une pluie battante, nous avons fait une traversée express du sud de la Suède pour rejoindre Göteborg, deuxième ville la plus peuplée du pays. Mais nous vous raconterons cela plus tard, demain est un autre jour.