124. Bosnie II

Nous revoici donc en Bosnie, et plus particulièrement en Herzégovine, la province la plus au sud du pays dont la capitale régionale est Mostar, la ville la plus visités après Sarajevo. En fait, la majorité des visiteurs du pays se contentent de ces deux villes, ce qui donne une vision vraiment très partielle du pays.


Mostar

1. Les cicatrices de la guerre

Après cette dizaine de jours en Croatie, le contraste saute aux yeux : en dehors du quartier historique qui a manifestement été restauré, la ville – comme Sarajevo d’ailleurs – reste très marquée par la guerre des années 1990. Le conflit a-t-il été plus sévère ici ? Le pays a-t-il moins de moyens pour se reconstruire ? Souhaite-t-on ici ne pas effacer trop vite les traces pour ne pas oublier que tout peut repartir à tout instant ?



2. De la couleur dans la ville

Mostar se rénove peu à peu, et certains quartiers ont été doté de superbes muraux pour sortir de la grisaille ambiante. C’est très réussi.


3. Le business du vieux pont

Centré sur le célèbre pont, symbole de la ville, ce quartier semble avoir été épargné par la guerre. Il a en fait été totalement reconstruit, jusqu’au pont lui-même que les habitants ne croyaient pas pouvoir récupérer. Les petites rues pavées de motifs géométriques, la vieille mosquée, les maisons classées, les plongeurs qui sautent du pont dans l’eau glacée, ont en apparence attiré tous les capitaux pour la réhabilitation, et forcément tous les touristes. Ce quartier que privilégient les vacanciers et tour-opérateurs, avec ses bars bruyants, ses restaurants très moyens et ses boutiques de souvenirs à gogo, c’est celui que j’ai le moins apprécié, pour cause d’envahissement et de perte d’authenticité. Mais bon, le business c’est le business.


4. Descente de Lee

Afin d’éviter aux jeunes de la ville de sombrer dans les conflits de religion, une association locale s’est proposée de leur ériger la statue d’une célébrité qui leur conviendrait à tous, musulmans, catholiques, juifs ou orthodoxes. Le résultat du vote a été des plus étonnant : c’est l’acteur américain Bruce Lee, spécialiste du Kung Fu, qui a dominé tous les suffrages, et dont l’effigie en bronze grandeur nature a été placée en 2005 dans un parc de la ville. Forcément, ça n’a pas plu à tout le monde, il y a eu plusieurs tentatives de vandalisme, des déplacements de sécurité, une disparition mystérieuse finalement attribuée à une restauration volontaire par le sculpteur, avant un dernier positionnement dans un jardin public où la star des arts martiaux faisait le bonheur des promeneurs depuis 2013. Nous ne pouvions rater un tel symbole, mais sur place, impossible de trouver la silhouette familière. Nous avons juste fini par trouver le piédestal libre de tout occupant, si l’on excepte des gamins y faisant circuler des petites voitures. Renseignement pris, la statue avait de nouveau disparu 2 semaines seulement avant notre passage ! Les réseaux sociaux s’émeuvent, la police enquête, et l’on finit par retrouver notre pauvre Bruce Lee démembré, apparemment victime d’un ferrailleur désargenté. Pas sûr que la star s’en remette. 


5. Hommage en cascade

Il a été demandé à un célèbre architecte local de concevoir un mémorial aux partisans yougoslaves morts pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le résultat est surprenant, reproduisant en béton une vaste cascade et un torrent, sur lesquelles sont parsemées des pierres tombales en forme de pièces de puzzle.


6. And the winner is…

Le plus chouette à Mostar, c’est l’environnement. Traversée par la tumultueuse rivière Neretva, la ville est entourée de sommets, dont l’un d’eux nous hébergera pour la nuit. Près d’une petite zone touristique aménagée avec tyrolienne, bar panoramique et plateforme qui s’avance au-dessus du vide pour mieux apprécier le panorama et le slogan écrit en pierres visible de toute la ville. Il affiche aujourd’hui « BiH WE LOVE YOU ». Les 3 lettres signifiant Bosnia i Herzegovina ayant remplacé le « TITO » initial.



Le monastère des Derviches de Blagaj.

Les Derviches, une branche mythique de l’Islam, avaient sans doute besoin d’un challenge pour construire leur monastère. La falaise dans laquelle ils l’ont inclus en 1520 est surplombante et largue régulièrement des rochers sur l’édifice, reconstruit à de multiples reprises. La rivière au bord de laquelle ils l’ont placé, sortant d’une grotte, crée régulièrement des dégâts en débordant. Mais ces moines sont d’une grande tolérance et accueillent volontiers les visiteurs de toutes les confessions, moyennant une petite obole bien sûr. L’endroit est éminemment photogénique et d’un calme relaxant. Enfin nous y étions avant l’heure d’ouverture des restaurants, ceci explique peut-être cela.



Le confluent de la Buna et de la Neretva.

La première prend sa source sous le monastère de Blagaj et, paisible, se jette en petites cascades dans la seconde, tumultueuse, étonnamment canalisée dans la roche à cet endroit. Quand on sait que le débit moyen de ce fleuve est de 250 m3 par seconde, on imagine que le courant doit avoir une sacrée force !


Zitomislici

Ce monastère sur notre route était prometteur : comme beaucoup de lieux de cultes orthodoxes, il était parait-il couvert de fresques de toute beauté. Malheureusement, un évènement officiel était prévu lors de notre passage, 2 voitures noires de vigiles sont venues se garer à côté de Roberto et nous ont demandé de partir. On aurait peut-être du faire le coup de la panne ou de l’anglais de collégien, mais ils n’avaient pas l’air de rigoler, alors nous avons obtempéré…


Pocitelj

C’est une ville toute en pierre et toute en pente, dont on apprécie mieux l’architecture en grimpant jusqu’à sa forteresse par des escaliers bien raides. On plaint les gens qui devaient monter les packs d’eau au XVème siècle.



Stolac

On vient y voir en général les nombreux moulins qui se succèdent sur la rivière Bregava traversant la ville, et, en saison, on se baigne volontiers sous ses jolies cascades. Vu la grisaille et les températures fraîches, nous nous sommes contentés de la balade.


Les stecci de Bjelojevici

La Bosnie compte 22 sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses stecci, des tombes médiévales d’un genre particulier, gravées de motifs décoratifs encore peu expliqués aujourd’hui. On y trouve aussi bien des motifs géométriques que des soleils, des croissants de lune, des armes ou encore des scènes de chasse. Et plus rarement des inscriptions en cyrillique du genre « Je n’étais déjà pas grand-chose maintenant je ne suis plus rien » ou « Pas touche à mon caillou ». Un sens de l’humour à faire regretter cette époque. Les tombes de Bjelojevici étaient en accès libre, en plein milieu de la nature. Nous avons dormi dans le coin pour profiter de la tranquillité absolue.



Le monastère de Tvrdos

Oui, nous aussi nous avons du mal avec la prononciation. Et encore je vous simplifie la vie, je ne mets pas les accents. Ce monastère serbe orthodoxe date du XVème siècle et il semble parfaitement entretenu. En tout cas l’intérieur est exquis. Les vignes et les oliviers dans les jardins tout autour laissent penser à une production locale des moines. Mais si les bouteilles de vin et d’huile d’olive présentées dans l’immense boutique portent toujours la marque du monastère, il est évident que le petit domaine ne peut pas assurer une telle production. On ne sait pas non plus si ce sont les moines qui ont aménagé le parking pour les bus des tours opérateurs ni rempli les rayons de la boutique de bondieuseries, mais apparemment les affaires marchent. Après tout tant mieux pour eux. Un truc intéressant, si j’ose dire, c’est la main momifiée d’Hélène d’Anjou dans un coin du monastère. Lorsque son père a accepté de donner sa main au roi serbe Stefan Uros Nemanjoc, il n’imaginait certainement pas une fin aussi macabre.


Trebinje la méridionale

Cette ville est la plus au sud de la Bosnie, peuplée principalement de Bosno-Serbes. Elle fait partie d’ailleurs de la République Serbe de Bosnie. C’est compliqué là-bas. Proche de l’Adriatique, elle en récupère le climat doux et ensoleillé avec 260 jours de soleil par an. Elle est toute proche d’ailleurs de Neum, la seule ville maritime du pays (la Bosnie ne compte que 21 km de côtes, enclavées entre 2 territoires croates). Nous avons trouvé Trebinje plutôt agréable avec son étonnant pont de pierre déplacé pour cause de construction de barrage à 7 km de la ville alors qu’il en était distant de 15 (mais alors pourquoi pas directement en ville ?), son opulente cathédrale orthodoxe et des célébrités peintes dans tous les coins de rues.

Ah au fait, Trebinje, qui se prononce « trébinié », tirerait son nom de Napoléon qui, lors de son passage aurait trouvé la ville « très bien ». On s’étonne tout de même d’un vocabulaire aussi pauvre de la part de l’empereur.


La Bosnie, c’est fini

Ce spot où nous passerons la nuit peu avant la frontière avec la Croatie était notre dernière étape en Bosnie-Herégovine. Nous aurons vraiment beaucoup apprécié ce pays qui nous a surpris à bien des égards et touché par son histoire fragile, le tout dans des décors grandioses et sauvages.


Dubrovnik n’est qu’à 33 kilomètres de là. Nous allons la découvrir en famille. Avons-nous gardé le meilleur de la Croatie pour la fin ? A suivre au prochain épisode !

121. Retour en Croatie

Après une grande boucle slovéno-hongroise, nous retrouvons la Croatie pas si loin de l’endroit d’où nous l’avions quittée, pour nous diriger vers Zagreb, la capitale. Et puis nous irons visiter l’une des mille îles du pays avant de terminer par le parc national des Lacs de Plitvice.

Deux billets pour Cigogne SVP

Nous suivons les méandres de la Drava, traversant forêts, zones agricoles et petits villages aux vieilles maisons en bois. Ce milieu paisible et humide (ciel compris, malheureusement pour nous) est un lieu de villégiature pour les cigognes, que les habitants accueillent bien volontiers sur le faîte de leur toit. Un village, Cigoj, leur a même donné son nom. Ce n’était pas encore la saison, mais nous avons tout de même rencontré deux beaux spécimens : l’un, factice mais géant face à Roberto, et l’autre, vivant, qui marchait dans le champ juste à côté. Impossible de savoir si c’était une arrivée précoce, une cigogne domestiquée, ou une qui a raté le train de la migration l’automne dernier.


Zagreb

Le paysage urbain peu soigné, à de rares édifices historiques près, n’est d’emblée pas très engageant. Nous préférons rejoindre directement le centre historique en tramway, d’autant que les plus anciens sont assez pittoresques. Ensuite, tout se fait à pied, le cœur de la capitale alternant grandes places et petites ruelles entrecroisées, escaliers et passages quasi secrets, niveaux multiples. Voici parmi d’autres – difficile de tout raconter – quelques-unes de nos découvertes et recommandations.


La grande place

Au cœur de la ville, une grande place est le point de rassemblement de la population, portant le nom de Josip Jélacic, vice-roi de Croatie au XIXè siècle et représenté sur une statue équestre épée brandie vers le ciel. C’est lui qui serait à l’origine du nom de la ville, faisant jaillir une source à cet endroit en y plantant son épée et en criant « Zagrab » à une petite fille présente sur place afin qu’elle y puise de l’eau (zagrab = puiser en Croate). Pour une fois un coup d’épée dans l’eau suivi d’effet !


Le marché

Ce pourrait être un marché comme les autres si ses commerçants n’utilisaient pas tous le même modèle de parasol, pour le plus grand ravissement des photographes. Enfin on imagine que ce n’était pas le but recherché… Dans un petit restaurant sans prétention, genre toile cirée à carreaux sur les tables, nous avons déjeuné d’une excellente cuisine locale. Contrairement à la côte où l’influence italienne est marquée, la cuisine zagreboise est plus proche de celle de ses voisins hongrois et autrichiens, c’est-à-dire riche et roborative. Viandes cuites en ragoûts, saucisses fumées, struklis (sortes de raviolis au fromage) et fromage blanc à la crème font partie des plats courants. Les brasseries locales sont nombreuses et privilégiées par les croates, qui apprécient de plus en plus le vin.


Les lieux de cultes insolites


Le canon à exploser les poulets

Les réverbères à gaz

Ils sont encore allumés manuellement chaque soir !

Le street-art

Zagreb recense quelques œuvres intéressantes, souvent pas faciles à trouver. Voici nos préférées.


La station météo


Le musée Nikola Tesla

Même s’il s’agit davantage d’un musée lié aux différentes découvertes technologiques, ce musée comporte tout de même une section – c’est un minimum ! – consacrée au savant d’origine croate. Peu d’indices sur sa vie, qui était très perturbée, mais un petit laboratoire reprenant plusieurs de ses découvertes liées à l’électricité, notamment dans les domaines des courants électrostatiques et du courant alternatif. Nikola Tesla présentait volontiers ses expériences à la manière d’un spectacle, et cherchait à la fois à impressionner à l’aide des éclairs bien sonores qu’il déclenchait, et à rassurer le public inquiété par les effets néfastes du courant alternatif. On le sait peu, mais Edison qui développait les applications du courant continu, a orchestré une campagne de dénigrement du courant alternatif sur lequel travaillait son ex associé Nikola Tesla et qui risquait donc de lui faire concurrence. C’est dans ce seul but qu’Edison finança la mise au point de la chaise électrique, en imposant à son inventeur qu’elle fut …à courant alternatif.


Le musée d’art naïf


Le système solaire caché

Nous nous livrons dans les rues de Zagreb à petit jeu de piste : partir à la recherche du système solaire, rien que ça ! Nous avons situé la planète Mars sur la carte de la ville, mais à l’endroit indiqué, rien d’évident. A force de regarder dans tous les coins de cette petite place nous finissons par trouver l’astre : c’était juste une petite boule métallique de moins de 4 cm de diamètre soudée à une plaque un peu en hauteur. L’histoire part d’une sculpture en bronze, une boule de 2 mètres de diamètre, réalisée en 1971 et appelée « le Soleil au sol ». 33 ans plus tard, un autre artiste a décidé d’étendre l’œuvre en formant un système solaire complet, avec respect des proportions, diamètres et distances des planètes par rapport au soleil compris. Ainsi, la Terre que nous trouverons moins difficilement plus loin fait 1,9 cm de diamètre et se trouve à 225 m du « Soleil au sol ». Paradoxalement, c’est ce dernier que nous avons eu le plus de mal à dénicher, enveloppé dans un sarcophage de bois au milieu d’un chantier. Le plus intéressant est que l’artiste a travaillé en toute discrétion, sans faire aucune publicité sur son œuvre. C’est un groupe d’étudiants en physique qui a repéré les premières planètes et traqué ensuite toutes les autres. Un jeu de piste encore plus passionnant que le nôtre sans aucun doute.


Le musée des relations brisées

Un couple d’artistes zagrebois fut marqué, au moment de sa séparation, de la difficulté à se séparer de certains objets, souvenirs de leur amour. Recueillant au fil des années d’autres pièces provenant de situations similaires, les « ex » finirent par ouvrir ce musée totalement hors norme. Munis d’un livret en Français, nous découvrons une à une les histoires d’objets aussi hétéroclites qu’une machine à café, une cassette vidéo écrasée ou encore une croûte de sang séché. Une expérience vraiment étonnante.


et pour finir en beauté sur Zagreb…


Le musée de la guerre intérieure à Karlovac

Nous entrons ici pour la première fois dans l’ambiance du conflit qui a secoué la région des Balkans depuis la fin de la 2ème Guerre Mondiale jusqu’au milieu des années 1990. Rappelons que les pays « Slaves du Sud » ont fondé à la fin de la guerre la Yougoslavie pour se protéger des empires environnants et préserver la paix malgré les différences ethniques. Ça a bien marché pendant le règne de Tito, le « dictateur bienveillant », mais à sa mort en 1980, tout le monde s’est déchiré, pour des raisons non seulement ethniques, mais aussi politiques et économiques. Ce sont d’ailleurs les deux pays les plus riches, la Croatie et la Slovénie, qui furent les premiers à déclarer leur indépendance le 25 juin 1991. La suite, vous le savez, se fit dans un bain de sang. C’est le récit de cette histoire vécue du côté Croate que nous propose ce musée, installé dans l’ancien lieu de détente des forces militaires de la ville de Karlovac, appelé aussi Hôtel California. Quelques engins d’artillerie et avions complètent l’exposition sur le terrain adjacent.


C’est le printemps à Rab

Après quelques semaines dans les terres, il nous prend l’envie de gagner le littoral croate. D’une longueur exceptionnelle par rapport à la taille du pays, il est aussi très rocheux et escarpé. On le longe en suivant de jolies routes en corniche qui permettent d’apprécier la belle couleur turquoise de l’eau par temps ensoleillé. Les plages sont plus souvent de galets que de sable, mais ça n’est pas si important.

Nous prenons le ferry pour nous rendre sur l’île de Rab, l’une des 1000 que compte le pays, excusez du peu. Le sol très aride au débarcadère fait place peu à peu à une belle forêt dense riche en sentiers de randonnée.
Malgré le temps encore frais, on sent bien que la végétation se réveille de son hivernage : côté cailloux émergent les bouquets jaunes des euphorbes, tandis que la forêt souffle des nuages de pollens. Le printemps est bien là !

Nous restons pour autant en basse saison et la ville principale, Rab, est quasi déserte. Nous y rencontrons un couple franco-croate vivant dans une maison dont ils ont hérité. Invités chez eux pour un café, rapidement accompagné de spécialités locales, nous passons un bon moment à échanger sur nos vies respectives. Hormis l’infernal mois d’août, ils semblent avoir trouvé ici une belle qualité de vie le restant de l’année.


Les lacs de Plitvice

Nous terminons notre 2ème étape croate par ce site naturel exceptionnel, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. 16 lacs étagés le long d’une vallée, reliés entre eux par autant de cascades. On découvre l’ensemble sur un parcours d’environ 8 km, avec une partie pédestre suivant des sentiers ou plus souvent des petites passerelles en bois bien intégrées au décor, et le reste en bateau électrique ou en petit train sur roues. La variété des couleurs des lacs, de la forme des cascades et de la végétation nous a vraiment impressionnés, tout comme l’inattendue quiétude du lieu malgré sa popularité. Certes quelques groupes de touristes encombrent les petits chemins au démarrage, mais ils ne vont en général pas bien loin, s’épuisant rapidement en se prenant en photo dans toutes les positions possibles.


Nous reviendrons plus tard en Croatie, mais c’est maintenant le moment de passer en Bosnie-Herzégovine. Une frontière pas si simple que les précédentes car nous quittons l’Union Européenne. A très bientôt !

72. Le pays des cieux vivants

Nous traversons cette fois la Saskatchewan, province des prairies canadiennes dont la devise, présente sur toutes les plaques minéralogiques, est « Le pays des cieux vivants ». L’auteure aurait été inspirée par l’aspect souvent spectaculaire du ciel de la région, tant par ses levers et couchers de soleil magnifiques que par ses aurores boréales et ses orages impressionnants.

Entrée en matière

Après avoir quitté notre stationnement nocturne sur l’immense parking déserté d’une station de sports d’hiver, après avoir croisé 2 biches, l’une au bord du chemin et l’autre se frayant un chemin au milieu d’un champ de colza, nous passons de la province du Manitoba à celle de la Saskatchewan sans qu’aucune indication ne définisse la frontière.

Nous nous engageons sur une route en terre, longue et rectiligne, côtoyant d’immenses champs de blé et de colza. La couleur jaune vif de ces derniers ressort magnifiquement sur le sombre ciel orageux. Nous pensions suivre une petite route de liaison entre 2 routes bitumées, mais non, le GPS annonce que le prochain virage est dans 55 kilomètres ! Nous voyons arriver de loin les rares véhicules que nous croisons, des poids lourds principalement, grâce au nuage de poussière qu’ils soulèvent. Je m’arrête en bord de route pour photographier l’un de ces véhicules. Mais au lieu de continuer, celui-ci s’arrête, s’inquiétant sans doute d’une éventuelle panne. Je le rassure, reprends la route et retente ma chance pour le camion suivant. Mais il s’arrête de même ! Bon, j’ai quand même ma photo. Un peu plus loin, nous observerons un petit avion qui croise régulièrement la route assez bas pour aller déverser en rase-mottes des produits chimiques (je me doute que ce n’est pas de l’eau) sur les champs. J’hésite à m’arrêter pour le photographier, craignant qu’il n’atterrisse sur la route pour prendre de mes nouvelles, mais il n’en fera rien. Du coup j’ai ma photo aussi !


Regina, capitale verte

Regina avec ses 200 000 habitants n’est pas la ville la plus peuplée de la province, mais c’en est la capitale. Nous avons d’ailleurs visité son parlement. C’est encadré mais gratuit et l’on peut admirer les belles colonnades en marbre de la rotonde centrale et la salle luxueuse où se réunit l’Assemblée législative deux fois par an, 40 jours au printemps et 25 jours à l’automne. Un chouette métier que d’être député saskatchewanais, non ?

Pour le reste, la capitale est plutôt tranquille, dotée d’un grand lac où se croisent kayaks, canards et pédalos, agréablement verte et fleurie avec ses grands parcs où flânent une multitude d’oies dans l’attente de leur migration automnale. Même sur le parking où nous nous étions garés, pourtant proche du centre-ville, plusieurs lapins sont venus nous rendre visite.

L’offre culturelle est là, avec entre autres la Galerie d’art MacKenzie, spécialisée dans l’art indigène, exposant notamment une magnifique collection d’œuvres en perles, et le Musée royal de la Saskatchewan, dédié à la partie des sciences de la vie et de la terre qui concerne la province. Les dioramas montrant la faune et la flore dans chaque sous-région, chaque saison voire pour certains à différents moments de la journée, sont d’une qualité technique exceptionnelle. A titre d’exemple, des oiseaux sont en suspension dans l’air sans que l’on n’aperçoive aucune attache, et des vues subaquatiques montrent un canard plongeur entouré de bulles alors qu’il n’y a pas d’eau. Pour petits et grands, avec un prix libre.


Enfin, au chapitre des curiosités, notons cet Albert Memorial Bridge qui détiendrait le record mondial du pont le plus long par rapport à la taille du cours d’eau qu’il enjambe, soit 260 m de longueur pour 3 m de rivière. Cela est probablement dû au fait qu’un barrage a été construit pour créer le joli lac du centre-ville juste en amont du pont.


Moose Jaw, l’assagie

Cette ville ayant poussé comme un champignon au moment où la Canadian Pacific y a installé ses rails, on y retrouve une petite ambiance de Far-West, de ruée vers l’or. Aucune mine pourtant, mais l’or local c’était la production céréalière que l’arrivée du chemin de fer a dopée, puis l’alcool au moment de la prohibition qui a amené son lot de malfrats dont Al Capone et le Ku Klux Klan. Elle s’est heureusement assagie depuis et nous avons profité de quelques attractions :

1. Mac the moose

Oublions rapidement cette statue géante d’orignal placée au bord de la route transcanadienne pour arrêter les touristes. Faite de plusieurs couches de ciment déposées sur une grille métallique, elle est en fait assez hideuse. Reconnaissons-lui tout de même le mérite d’être l’orignal le plus haut du monde, dépassant les 10 mètres. En 2019, la Norvège a battu temporairement le record, mais la population de Moose Jaw s’est rapidement cotisée pour rallonger les bois (en ciment, donc) de quelques dizaines de centimètres et sauver ainsi l’honneur.


2. Les tunnels d’Al Capone

La ville est surtout connue pour avoir été très active pendant la prohibition, grâce à un réseau de tunnels souterrains dans lesquels se préparaient les caisses d’alcool et un excellent réseau ferré pour les acheminer ensuite jusqu’à Chicago. Al Capone est censé être venu contrôler son marché ici, et la ville le revendique, mais il n’y aurait pas de preuve formelle. Nous on a bien aimé l’ambiance far-west de la rue principale.


3. Le street-art

Nous nous sommes aussi prêtés au jeu de piste à la recherche des 47 œuvres de street-art dispersées dans le centre-ville, munis d’un petit guide que distribue l’office de tourisme. Vous trouverez ci-dessous quelques-unes de ces fresques murales


4. La galerie Yvette Moore

Dans l’ancien bâtiment où l’on enregistrait les terrains donnés par l’état à tous ceux qui défricheraient et cultiveraient 10 hectares par an pendant 5 ans, une artiste locale renommée expose ses œuvres ou celles de créateurs de la région.


5. Le Western Development Museum

Le but de musée est de recueillir et exposer tout ce qui a trait à l’économie et à la culture de l’ouest du Canada. En pratique, nous sommes passés vite devant la partie concernant l’histoire locale pour avoir le temps d’admirer la jolie collection de, comme dit notre guide, tout ce qui vole, qui roule ou qui glisse.


Gravelbourg et les frankaskois

Nous reprenons la route vers le sud-ouest et les paysages commencent à changer un peu. Quelques champs bleus commencent à apparaître, que nous supposons être du lin. Si vous êtes linologue, n’hésitez pas à vous exprimer en commentaire si besoin. Le plus important pour nous, c’est que ça nous change du jaune et du vert de ces derniers jours. Le relief aussi est un peu différent, avec l’arrivée de collines. Sans doute un peu moins facilement cultivables, les terres se transforment volontiers en pâturages.

Nous rejoignons bientôt Gravelbourg. Cette petite ville de 1000 âmes doit son développement à l’Abbé Louis Gravel, missionnaire québécois qui développa ici une communauté de canadiens francophones. Les 30% de la population qui y parlent encore Français sont appelés les fransaskois, contraction de français et de Saskatchewan, le nom de la province. L’Abbé dépensa beaucoup d’énergie pour faire venir le train et construire des bâtiments religieux et publics, dont une cathédrale, un palais de justice, un théâtre, un lycée. Il voyait grand mais cela parait aujourd’hui démesuré par rapport à la taille de la ville.


Val Marie et le Parc National des Prairies

Et nous voilà repartis sur de longues routes droites dont les intersections sont séparées de trente ou cinquante kilomètres, pour certaines occupées par un petit hameau qui semble tellement isolé du reste du monde.

Nous parvenons finalement à Val Marie, une petite bourgade accueillante, elle aussi partiellement francophone. A moins de vouloir dormir au milieu des champs, le seul endroit acceptable pour la nuit est le petit camping municipal, qui n’est pas si mal finalement. Un camping tout simple comme nous aimons. 13 emplacements dont 3 seulement étaient occupés (nous compris !), un paiement basé sur la confiance (on dépose le règlement dans une enveloppe que l’on glisse ensuite dans une urne) et un calme nocturne parfait.

Si nous sommes venus là, c’est pour le Parc National des Prairies, et nous n’avons pas été déçus. Sur les conseils de la « ranger » au centre des visiteurs, nous avons enchaîné deux randonnées de 2,5km dans un environnement superbe mêlant reliefs rocheux et vue à 360° sur des plaines herbeuses ou des champs à l’infini, puis parcouru avec Roberto l’Ecotour Scenic Drive, une route de 15km qui traverse le parc. Outre l’environnement tout aussi spectaculaire, nous avons craqué pour les colonies de chiens de prairies. Un seul regret : la petite communauté de bisons ne s’est pas montrée.


Une révélation

Nous terminons notre traversée de la Saskatchewan par la petite ville d’Eastend. Son nom semble inadapté pour l’une des villes les plus à l’ouest de la province, mais il fait référence à l’extrémité Est du Parc naturel des Cyprès, si proche qu’il en devient un pléonasme. Mais ce n’est pas ce parc qui nous attire, c’est le T.rex Discovery Centre. On y étudie le squelette de Scotty, le plus grand T.rex du monde découvert dans la région en 1991 par un simple prof d’Eastend qui participait à une sortie fossiles avec des paléontologues renommés. En une demi-journée, alors que les autres n’avaient déterré que quelques ammonites, notre enseignant sortit de terre une grosse dent et une vertèbre rapidement attribuées par les spécialistes à un T.rex. Peut-être vexés, ils n’ont commencé le reste des fouilles que trois ans plus tard et ont appelé la bête Scotty alors que le prof se prénommait Robert. C’est petit.

Après 20 ans de fouilles, 65% du squelette était reconstitué et le chantier fut arrêté, ses dirigeants et surtout ses financeurs jugeant que l’on ne découvrirait plus rien. Nous avions vu une copie complète au Musée Royal de Regina, mais une copie c’était une copie et nous espérions voir quelques os authentiques. De fait 2 vertèbres d’origine sont exposées. 600 000 siècles nous contemplant, c’est toujours mieux que les 40 des pyramides de Napoléon. Et puis même si avec nos 0,6 siècles d’existence nous avons l’impression d’en savoir beaucoup sur les dinosaures, il y a toujours un truc ou deux à glaner. Mais là, ce n’était pas un truc, c’était une claque. J’avais l’impression d’un fait universellement admis que l’extinction des dinosaures était liée à  la chute d’une comète, dont les conséquences atmosphériques ont entraîné la disparition de 75% des espèces sur terre, DONT nos fameux sauriens géants. Il se disait aussi que la plupart d’entre eux n’étaient pas morts directement, mais conséquemment à une raréfaction de la végétation suite à la pénombre durable qui avait suivi le cataclysme. Les petits dinosaures vegan sont morts de faim les premiers, leurs prédateurs ont logiquement suivi.

La réalité de la chute de la météorite semble indiscutable. On a retrouvé son cratère au Mexique et la perturbation des sédiments à l’époque est retrouvée dans tous les sols du monde (couche Crétacé-Tertiaire, appelée aussi K-T dans les pays anglosaxons et третинний крейдяний шар en Ukraine). Selon Wikipédia, les chercheurs se tâteraient entre une influence marginale, partielle ou majeure de la métérorite sur la disparition des dinosaures. Or, comme le souligne le centre, 100% des fossiles de dinosaures ont été retrouvés au-dessous de la couche crétacé-tertiaire. Leur disparition ne peut donc qu’être antérieure à la chute de la météorite. Je regrette que mes profs de sciences-nat aient écrit leur cours avec Wikipédia.


Nous quittons maintenant les saskatchewanais pour aller saluer les albertains. Nous vous en dirons des nouvelles ! Le parcours décrit ci-dessus est illustré ci-dessous et les liens vers les commentaires, le compte Instagram ou l’abonnement sont juste après. Merci de nous suivre et d’avoir la patience de tout lire, le cas échéant.

56. Mississipi-Alabama-Floride

Voilà bien 10 jours que je n’ai pas donné de nouvelles. C’est que nous tournons à plein régime, A vrai dire, le terme n’est guère adapté, parce que des tournants, il n’y en a pas beaucoup. De quoi s’ennuyer un peu sur la route parfois avec ces longues lignes droites de plusieurs dizaines de kilomètres, à l’image des frontières rectilignes séparant les états. Du coup ces trajets longs raccourcissent les journées, si l’on peut dire. Sans compter qu’en quelques jours nous avons franchi 2 fuseaux horaires et donc perdu 2 heures. Mais heureusement, nos visites n’en ont pas été moins riches, c’est simplement que j’ai manqué un peu de temps pour rédiger. Rappelez-vous nous en étions à notre tornade en Louisiane.


Le Mississipi sans sirène

A peine la frontière entre la Louisiane et le Mississipi franchie, la tempête s’apaise soudain. Le ciel redevient d’un bleu éclatant, le soleil brille de tous ses éclats et, à l’approche du bord de mer, apparaît le long de la route une longue plage au sable plus blanc que blanc. Nous n’y résistons pas, garons Roberto les roues dans le sable et allons marcher au bord de l’eau. En désaccord avec cette description idyllique, la couleur marron-vert et la turbidité de l’eau n’incitent pas à la baignade, d’autant plus que la température est fraîche, juste bonne pour y tremper les pieds. Du coup aucune chance d’apercevoir la sirène. De toutes façons, les cinéphiles savent bien que l’intrigue n’a rien à voir avec cet état. (Mercredi 23 Mars, Pass Christian, Mississipi)


Les 9 étoiles de l’USS Alabama

L’un des plaisirs de la vanlife, c’est d’avoir chaque jour un paysage différent devant ses fenêtres. Là nous étions particulièrement gâtés, garés juste devant l’USS Alabama, un croiseur américain ayant brillé au cours de la 2ème guerre mondiale : 9 victoires, aucune défaite et aucune perte de l’équipage (2500 personnes tout de même) sous un feu ennemi. Seuls 5 décès sont attribuables à une erreur interne, l’un de ses canons antiaériens en ayant visé accidentellement un autre… c’est ballot. Le navire se visite des ponts supérieurs au plus profond des cales. 210m de long sur 33 de large, ça prend du temps à explorer. Après, le confort à bord en 1945 n’avait rien à voir avec celui d’aujourd’hui, mais bon, à la guerre comme à la guerre ! (Jeudi 24, Mobile, Alabama)


Ses majestés carnaval

La ville de Mobile est aussi connue pour avoir été la première ville à célébrer le carnaval aux Etats-Unis en 1703, alors qu’elle était la capitale de la Louisiane française. N’étant pas là au bon moment, nous n’en verrons que quelques traces, comme l’entrée du musée du carnaval (fermé) et quelques statues amusantes des premiers rois et reines couronnés autour de la place centrale. (Jeudi 24, Mobile, Alabama)


Au pays des Anges Bleus

Cette fois, c’est sous un avion de chasse de l’US Navy que Roberto se pavane, affichant presque le même bleu. Nous venons en effet d’arriver en Floride, tout près de la base aéronavale de Pensacola, fleuron de la ville. Malheureusement, pour des raisons qui ne sont pas expliquées, nous ne pourrons la visiter car elle est réservée jusqu’à nouvel avis aux personnels de l’armée et à leurs invités. Dommage car nous aurions aimé en savoir davantage sur les Blue Angels, cette patrouille de démonstration acrobatique qui fait la fierté du pays, un peu comme l’est notre Patrouille de France. Nous devrons nous contenter de voir passer quelques avions de loin et de visiter dans le centre-ville un bar célèbre empli d’objets insolites où les Marines avaient leurs quartiers. Tout proche de la base se trouve le parc naturel de Big Lagoon dans lequel nous avons suivi le Sand Pine Trail, une randonnée sur un chemin de sable blanc qui traverse une forêt de pins et des marais. Le lagon lui-même n’est plus accessible depuis le passage d’un ouragan il y a quelques années. La région est fréquemment touchée. (Vendredi 25, Pensacola, Alabama)


L’oublié de Wikipédia

José Antonio Ponte, artiste révolutionnaire. Parcourant un musée d’art à Pensacola, nous découvrons le talent artistique méconnu (au minimum de Wikipédia) de ce personnage étonnant. A l’image de mon copain Laurent, jardinier-pâtissier, José Antonio Ponte associe des talents que l’on n’imagine pas aller ensemble. Cet ancien esclave arraché à son Éthiopie natale était d’abord charpentier, avant de devenir prêtre une fois affranchi puis organisateur d’une insurrection anti-esclavagiste à Cuba. Quand il fut arrêté pour cela, en 1812, les investigateurs espagnols trouvèrent dans ses affaires ce qu’ils appelèrent « un livre de dessins », jugé subversif en raison de la présence de scènes de batailles et d’empereurs noirs. Ponte eut beau jurer qu’il avait prévu d’en faire cadeau au Roi d’Espagne, les policiers durent lui répondre un truc du genre « Mais oui c’est ça » en Espagnol et on finit par le pendre et lui couper la tête (l’inverse aurait été trop compliqué). En réalité il utilisait bien ses œuvres dans un but de propagande, ses dessins à dessein en quelque sorte. L’artiste n’a pas totalement sombré dans l’oubli, n’en déplaise à Wikipédia, des cérémonies lui rendent hommage et des rues portent son nom à Cuba, et d’autres artistes prolongent son œuvre, comme sur ce tableau construit sur les peintures de son livre et les explications que José Antonio Ponte en a donné au tribunal (J. Bedia), ou encore cette porte multicolore (J.M. St Jacques) censée permettre le passage de l’esprit de l’artiste depuis l’au-delà afin de continuer de soutenir la défense des droits de l’homme. (Samedi 26, Pensacola, Alabama)



Spots dodos

A Pensacola, nous avons fait deux haltes nature pour la nuit, ce qui est assez rare pour être signalé. Car bizarrement, il n’est pas si facile que cela de stationner pour la nuit aux États-Unis. En effet, si l’on souhaite comme nous éviter au maximum les campings, il faut composer avec le caractère privé de nombreux terrains et parkings. En Europe par exemple, nous nous garions volontiers sur les parkings des églises, des cimetières, des équipements sportifs ou tout simplement à l’orée d’une forêt, sur le bas-côté d’un chemin de campagne, etc. Ici, rien de tout cela n’est possible, la grande majorité des terrains et parkings sont privés, y compris ceux d’installations municipales. De plus, les aires aménagées au bord des routes ou autoroutes sont à la fois rares et envahies de poids-lourds qui laissent leur moteur allumé des heures voire toute la nuit. Certaines enseignes sont connues pour être « RV friendly », c’est-à-dire qu’elles permettent aux véhicules de loisirs de passer la nuit sur leur parking. C’est le cas en général des supermarchés Walmart et des restaurants Cracker Barrel. Nous avons plusieurs fois séjourné sur des parkings Walmart et nous efforçons en contrepartie d’y faire nos courses, mais ça reste du dépannage. Les deux nuits passées à Pensacola l’ont été pour l’une sur une aire de pique-nique avec rampe pour bateaux au bord d’une rivière, dans un joli environnement boisé, et l’autre en plein milieu d’une forêt, les forêts d’état étant en général libres d’accès au public, à l’inverse des parcs d’état. Surtout ne pas se tromper, sinon réveil nocturne assuré par la police avec amende à la clef ! (Dimanche 27, Pensacola, Alabama)


Le grand-père de Roberto

Incroyable, nous avons retrouvé le grand-père de Roberto ! Nous l’avons déniché dans le musée de l’histoire de la Floride, à Tallahassee, capitale de cet état. C’est un camping-car monté sur une Ford T de 1923, âgé de 99 ans et déjà très en avance pour son époque. Muni d’une ingénieuse capucine qui se déplie verticalement après avoir ouvert latéralement les 2 volets qui forment le pare-brise. Ensuite il n’y a plus qu’à déplier la banquette-lit qui se pose sur le volant. Pour le reste, la kitchenette est bien présente, ainsi que le réservoir d’eaux grises. Cela dit, on ne cuisinait pas beaucoup à l’époque, ces voyageurs nomades étaient d’ailleurs dénommés les « touristes aux boîtes de conserve » (tin can tourists). Ils avaient même fondé une association qui vit toujours aujourd’hui et possède aussi bien un compte Instagram qu’un site Internet. Vous trouverez sur ce dernier toute l’histoire des Recreational Vehicles américains.


Ce beau musée entièrement gratuit nous a occupé deux bonnes heures, bien documenté sur l’histoire de la région, des us et coutumes des premiers habitants (les tribus indiennes Apalaches et Séminoles) jusqu’à la seconde guerre mondiale, en passant par l’arrivée des Espagnols, des Anglais puis des Américains, sans oublier toute la période esclavagiste et la guerre de sécession. Nous l’avons découvert un peu par hasard, au fil d’un parcours piéton guidé dans la ville, dont voici quelques étapes :





Nous terminons la journée et passons la nuit cette fois dans une ancienne gare de la ville reconvertie en centre artistique et récréatif, avec notamment des œuvres de street-art un peu partout. Quelques photos s’imposaient (Lundi 28, Talahassee, Floride)


La mission était bien remplie

Nous quittons notre quartier artistique pour aller visiter une ancienne mission espagnole, où de 1656 à 1704 ont cohabité indiens Apalaches fraîchement christianisés et colons Espagnols aussi bien religieux que militaires. Chacun logeait de son côté, mais tous se rassemblaient soit dans le « bâtiment civique » une immense hutte pouvant accueillir de 2000 à 3000 personnes et où se prenaient les grandes décisions, soit sur une grande place centrale où se tenaient entre autres des jeux de balle assez violents pouvant aboutir à la mort de compétiteurs. La vie de la mission a pris fin 2 jours avant l’arrivée des Anglais. Les occupants se sont dispersés en brûlant tout derrière eux.


Après un déjeuner dans Roberto sur le parking tranquille de la mission, nous repartons sur les routes de la Floride vers le Sud-Est. Nous allons loger cette fois dans un camping au bord d’une rivière où nous prévoyons une sortie canoé pour le lendemain. (Mardi 29, de Tallahassee à Otter Springs, Floride)


Aux « sources des loutres »

C’est un petit camping sympa que nous avons trouvé là, au milieu d’une étendue marécageuse qui se parcourt principalement …en kayak. Un parcours de toute beauté dans un calme absolu, entre les arbres les pieds dans l’eau et sous les arches formées par leurs branches. L’eau est tantôt noire tantôt couverte complètement de lentilles d’eau que notre embarcation écarte lentement. Nous n’avons pas vu de loutre, elles doivent être assez farouches ou ce n’était peut-être pas la bonne heure, mais par contre nous avons rencontré quelques bébêtes sympathiques, des farouches tortues, des alligators, une grosse araignée et même une sorte de boa de presque deux mètres de long. J’aurais aimé être plus précis mais j’avais oublié d’emporter mon mètre ruban. (Mercredi 30, Otter Springs, Floride)


A la recherche des lamantins

Ces mammifères aquatiques adorables ont pris l’habitude de venir passer l’hiver au chaud en Floride, dans cette région de Crystal River. En haute saison, c’est-à-dire en janvier et février, ils sont plusieurs centaines, mais sans doute moins nombreux que les touristes qui se pressent pour aller nager avec eux, une activité qui ne serait permise aux États-Unis qu’ici. Dès que les températures se réchauffent, ils repartent plus au nord et se raréfient. Autant dire que fin mars, ils sont déjà presque tous partis et sont beaucoup plus difficiles à apercevoir. Le bon côté c’est que c’est pareil pour les touristes. Devenus adeptes du kayak, c’est par ce moyen que nous sommes allés à leur recherche. Et nous en avons trouvés. Des moments furtifs qui n’ont duré que quelques minutes sur les deux heures de notre sortie. D’abord des gros museaux qui sortent respirer et des nageoires caudales toutes rondes qui sortent de l’eau, puis de grosses masses qui paraissent énormes glissant sous notre kayak et leurs têtes sympathiques qui s’approchent de la surface comme pour nous saluer avant de reprendre de la profondeur. Des moments trop brefs pour être pris en photo, mais qui resterons gravés dans nos mémoires. Nous vous mettons quand même quelques photos de lamentins qui ne sont pas de nous, afin de vous consoler ! (Jeudi 31, Crystal River, Floride)


Nous poursuivons notre route vers St Petersburg, ville de la côte Ouest de la Floride qui n’a rien à voir avec l’ancienne capitale impériale Russe – en plus ça ne s’écrit pas pareil – et qui peut se visiter en toute sécurité sans demander l’autorisation à qui-vous-savez. Le musée Dali nous tente bien, ainsi qu’un autre renommé sur le travail du verre. Forcément, nous vous en reparlerons !

Ci-dessous, notre trajet depuis le Mexique. Roberto a maintenant plus de 32 000 Km au compteur et se porte comme un charme. Pourvu que ça dure !